Kaoru interview Tokyo sports

Kaoru, le leader guitariste du groupe international Dir en grey tiendra sa propre exposition « Nautikalano » (du 31 janvier au 03 février à Tokyo au Temporary Contemporary). C’est surprenant qu’un musicien de rock qui fascine les fans avec un son unique prenne un pinceau, Kaoru en révèle la raison et le contenu dans cette unique interview.
Il y a un monstre inconnu blanc sur fond noir. Quelle est la vraie nature, vraie couleur de cette étrange être? C’est une chose que Kaoru à peint lui même. L’exposition s’appelle « Nautikalano », « Noutei kara no » (depuis le fond du cerveau) donc qui indique quelque chose qui se trouve au fond du cerveau de Kaoru. C’est le thème de cette exposition.

« A l’époque du jardin d’enfant, il y avait un rêve que je faisais souvent. Je suis dans un endroit blanc et je me fais attaquer par une chose noire. Je ne connais pas la vraie nature de cette chose noire. Comme je me réveille au moment où elle attaque, je ne sais pas ce qu’il se passe… Quand j’ai pensé à peindre, j’ai peint la façon dont j’imaginais cette attaque. »

C’est il y a trois ans qu’il a pensé à peindre. Ça a été déclenché par le dysfonctionnement de l’index de la main droite dû à une surcharge de travail pendant de nombreuses années. Un doigt qui ne bouge plus affecte toute la performance musicale, Kaoru a commencé à peindre dans le cadre de sa rééducation.

« J’ai toujours aimé dessiner. Pendant un moment je voulais être mangaka (rire). En tout cas c’est mieux de dessiner quand il y a un thème. C’est pour ça que je me souviens de tous les rêves que je faisais quand j’étais en primaire. »

Il aime le manga « Dragon ball ». Son personnage préféré et le méchant Freezer. « J’aime les personnes mauvaises. Donc je dois être vraiment mauvais. (rire) ».

Mais ça rejoint la vision du monde que le groupe crée. Dir exprime les ténèbres de l’esprit humain sous forme de chansons et de performances scéniques sur le thème de la « douleur », mais on peut dire que ces peintures représentent également les ténèbres au fond du cerveau de Kaoru.

« Je pense que je fais le lien. Un groupe c’est à 5, je peins seul donc c’est différent, mais je pense qu’au fond ça communique. ».

A l’origine c’était une illustration et petit à petit c’est devenu quelque chose à part entière, et depuis un an il utilise de la peinture acrylique pour compléter ses œuvres. Les choses rapides sont finies en 2 heures. Il y a aussi des choses qui prennent un mois. Dans tous les cas, la caractéristique des peintures et que seuls le noir et le blanc sont utilisés. Le designer Koji Yoda a déclaré:

« Je regarde depuis qu’il a commencé à dessiner, la qualité à rapidement augmenté. Bien qu’il y ait une différence dans l’expression de la musique, la vision du monde est constante. En un sens, on peut voir une partie du cerveau de Kaoru. Je pense que ça approfondi la compréhension de Dir. »

On peut dire que c’est une occasion précieuse pour les fans de voir Kaoru s’exprimer différemment qu’avec la musique avant la tournée qui débute en mars.

https://headlines.yahoo.co.jp

Kaoru Tokyo Sport Interview

FireShot Capture 466 - Kaoru va dire ça à la tournée europée_ - https___www.tokyo-sports.co.jp_ent

La tournée japonaise est terminée.

Kaoru : C’était une tournée pendant laquelle nous avons enregistré. Je faisais les lives et les enregistrements en même temps mais comme au contraire je n’avais plus de force dans les bras, sans trop forcer, c’était très bien.

Des chansons du nouvel album ont été jouées pendant la tournée. Spécialement Ranunculus qui est une ballade inhabituelle pour Dir.

Kaoru : Le vecteur de l’album est différent, la composition aussi est simple. En ajoutant un peu plus de notre essence le sentiment n’est pas simplement « ils veulent l’écouter » mais, cet album « c’est une seule création en 13 chansons» donc nous avons simplifié les chansons le plus possible. Personnellement je ne voudrais pas découvrir la dernière chanson avant la sortie d’un album, mais quand on écoute l’album entièrement, c’est encore différent.

C’est une belle chanson

Kaoru : Ah oui ? (rire). Un peu avant, notre chanteur (Kyo) a chanté sur une composition solo de Sugizo (Luna Sea) mais, il semble que l’image de Dir soit violente, les fans de Sugizo ont pensé « il chante aussi ce genre de chansons ? ». Nous avons aussi des chansons comme ça, mais nous avons réalisé qu’elles n’étaient pas connues, et avons décidé de sortir Ranunculus en tant que chanson principale de l’album.

Que signifie le nom de l’album ?

Kaoru : Il a été choisi par Kyo, eh bien, les personnes sont différentes, mais je pense qu’il a choisi ce nom par rapport à ce qu’il ressentait au fond de lui. Je pense aussi que ça inclu la signification de Dir « qui va dans un nouveau monde ».

Le 6 vous irez en tournée européenne pour la première fois depuis 4 ans.

Kaoru : La dernière fois aussi ça s’est passé en même temps que la sortie de l’album. Je crois que nous y sommes allés pour jouer les chansons du nouvel album. Mais du temps à passé depuis et je me dis « nous n’avons joué que les chansons de l’album ? ». Par exemple, si un artiste étranger vient au Japon, s’il ne joue que les chansons de l’album je me dirais « joue aussi ces chansons là ». C’est pourquoi cette fois nous allons jouer des chansons du nouvel album mais aussi d’autres chansons que tout le monde aime.

Comment passez vous le temps à l’étranger ?

Kaoru : Oh, on se repose dans le bus la plupart du temps. Nous faisons le live, nous montons dans le bus et nous allons dans le pays suivant. Quand nous passons dans un autre pays, je sens vraiment que nous sommes à l’étranger. Quand nous passons à la douane, que nous devons montrer notre passeport, quand c’est tard la nuit ou tôt le matin, c’est un peu fatiguant (sourire amer).

Avez vous une anecdote qui ne concerne pas les lives ?

Kaoru : Quand on fait une after en Russie, on nous fait boire beaucoup de vodka. Mais boire en étant debout nous rend ivre. Je faisais semblant de boire et je recrachais derrière moi (sourire amer). Notre préparation sur scène est toujours la même, mais je me demande jusqu’à quel point on peut divertir les fans étrangers.

https://www.tokyo-sports.co.jp

 

Interview Die x Shinya Okmusic UP

Entre 2016 et 2017 vous avez fait des tournées sur le thème des anciens travaux, l’album a t-il été produit à ce moment là?

Die : C’est exact. Mais nous n’avons pas pu travailler sérieusement donc il sort cette année finalement. En regardant en arrière, faire un single pour la première fois depuis longtemps (Ningen wo kaburu) est une indication importante. Je pense que c’est connecté à la partie de base, à l’organisation, à la simplicité et à la solidité du son de l’album en général. Superposer le son de la guitare et l’écouter bruyamment ce n’est pas une technique que j’ai déjà faite, mais j’étais conscient de l’impact que ça aurait sur le son basique des deux guitares. J’ai raclé / nettoyé beaucoup de choses. C’était un travail très compliqué.

Le single représente l’état du groupe du moment ainsi qu’une preview de l’album.

Die : Puisque c’est un single, ce n’est pas nécessaire que ce soit une chanson mélodique, mais ce n’est pas non plus violent avec des hurlements du début à la fin comme Agitated scream of maggots. Le challenge d’un single c’est « comment pouvons nous écouter notre son actuel général ? ». Je pense que l’album est devenu ainsi car nous étions conscient de ça. Nous nous sommes guidé en le composant sans savoir si ça allait être une indication du prochain album ou pas.

Le son a un aspect massif, mais aucune chanson n’est du style metal.

Die : J’avais inclus plus de metal dans la chanson « Rubbish Heap » au départ. Plus tard nous avons exclu l’aspect metal et avons fait un certain nombre de changements avant d’arriver à la forme finale. Comme nous voulions supprimer le sentiment de déjà vu, nous avons recherché nos propres sons et avons essayé de modifier les phrases de guitares et basse. Mais le chant ne change pas. Mon chant est le plus rapide. J’ai d’abord choisi le chant et la mélodie, j’ai écouté et j’ai changé en pensant « est-ce que j’essaye ça ? ».

Shinya : Au stade de la préproduction je reçois fréquemment des stimulations du chant qui influencent la batterie.

J’ai été stupéfait par les terrifiants arrangements vocaux de Kyo. Par la succession de phrases imprévisibles.

Die : Il me surprend tout le temps. Je crois que Kaoru pense ça aussi, mais quand on fait une chanson « ceci est l’intro, le chant sera placé à partir de là » bien que nous soyons en train de développer en pensant à une certaine extension, Kyo place du chant intéressant dans des endroits inattendus. Il dit « je ne mets pas souvent ce genre de chant sur ce riff ». A partir de là on change l’organisation de la chanson.

J’ai remarqué que le son de la section rythmique était devenu plus fort.

Shinya : Cette fois nous avons enregistré dans un très gros studio. Donc je pense que le travail fini colle au son naturel de la batterie.

Eh bien, parlons des chansons. Sans prendre en compte l’ordre des chansons, commençons avec la plus longue, « Zetsuentai ».

Shinya : Nous l’avons complètement terminée le matin de l’enregistrement donc je l’ai jouée avec beaucoup d’énergie. Puisqu’il y a beaucoup de développements je passais souvent à différents modes.

Die : Au départ, le développement de l’intro jusqu’à la fin a été composé de façon très consciencieuse, mais après, en rejetant cette obsession, j’ai pensé que nous pouvions voir cet album comme une seule grosse partie, cette chanson en fait partie.

Nous pouvons aussi dire des autres chansons qu’il y a beaucoup de développements. Même pour les chansons de 2, 3 minutes.

Shinya : « Keigaku no yoku » aussi était plus calme au début mais plus les chansons de l’album s’assemblaient plus l’arrangement changeait et finalement il y a des parties rapides dans toutes les chansons. « Devoted my life » non plus n’était pas si rapide au début. On peut écrire les partitions au moment de l’enregistrement, mais il faut s’en souvenir jusqu’aux lives (rire).

La chanson que Die a ajouté « Aka » au milieu de l’album est ce qu’on appelle une chanson turning point. [Un tournant, un changement important]

Die : Parmi les nombreuses chansons que j’ai fait à partir de riffs basiques, celle-ci s’étend à partir du code. Je me suis demandé si elle arriverait à cette place. On dit que le monde changera encore à partir de là.

Shinya : J’aime jouer cette chanson.

Ensuite, la dernière est la chanson principale « Ranunculus ».

Die : C’est une chanson très profonde qui inclus la vision du monde du clip. Quand je la joue en live je trouve qu’elle est celle qui pénètre le plus le corps. La chanson elle même est simple, mais je sens qu’elle entre profondément en moi. Comme cette chanson est à la fin de l’album, il y a beaucoup de pensées / émotions qui circulent. Il y a différents chemins depuis la première chanson, est-ce que la fin sera sauvée par cette chanson ou pas… je ressens la vision du monde aussi large que ça.

Shinya : La première impression est simple mais en même temps c’est une impression rafraîchissante.

Die : Le début était un peu plus lumineux et avait une jolie impression. L’intro au synthé est aussi un peu plus pop. Ensuite nous avons ajouté de l’obscurité. Son apparence à complètement changé.

La tournée de l’album est prévue pour mars prochain, comment est-ce que ce sera ?

Die : Nous allons encore une fois joindre nos sons, à partir de là je me demande comment est-ce que ça va changer.

Shinya : Est-ce que je vais me souvenir des chansons jusqu’en mars…

Die : Ne les oublies pas (rire).

https://okmusic.jp

Interview PHY

La personne parle juste des passages les plus intéressants selon elle.

tumblr_inline_p1ymg4f7rB1v1jt4l_1280

Kyo veut embrasser son passé et lui dire « tu as vraiment fait de ton mieux à ce moment là ». Il reconnait qu’il était vraiment actif, alors qu’il était vraiment en colère, cette expression a changée, c’est devenu plus organisé.

Pour Unraveling il n’a pas écouté les chansons originales avant de les réenregistrer, mais cette fois il voulait vraiment respecter les chansons et mieux comprendre ses propres intentions.

Bien qu’il soit prêt à accepter son passé, il a toujours l’impression d’avoir commis quelque chose contre son lui actuel.

Pour lui, le but du Best album est d’aider les nouvelles personnes à se familiariser avec Dir en grey et sa voix. Il n’arrive toujours pas à croire que, malgré tous les tributes et toutes les collaborations il y a encore des personnes qui entendent sa voix pour la première fois.

Pour Kaoru, le but du Best album est de donner aux nouvelles oreilles et aux fans précédents quelque chose de plus fluide et plus large à écouter, comme un tremplin, plutôt que de leur demander d’écouter Arche dès le départ. Il pensait que ceux qui assistaient aux tournées « mode of » n’avaient pas forcément eu l’occasion d’écouter toutes leurs chansons.

Il a révélé que c’était l’idée de Kyo de refaire Fukai.

Il a dit que Dir en grey était un groupe gênant.

Il veut que le nouvel album de Dir en grey soit quelque chose que les gens n’ont jamais entendu avant, que personne ne comprend. Il croit qu’en faisant les tournées « mode of » les autres membres seront inspirés par leurs sons plus anciens pour le nouvel album.

Die a dit qu’il avait l’habitude d’écrire les chansons plus émotionnellement, pensant qu’il était bon, il était juste très excité de créer des sons dans le studio d’enregistrement. Mais maintenant il pense plus travailler à l’unisson avec les sons de Kaoru. [Oui c’est bien, au bout de 20 ans de décider de s’accorder avec l’autre guitariste…]. Il arrive toujours à avoir ses lignes uniques et spéciales [tout en modestie] mais elles se connectent et soutiennent plus le son de l’autre par rapport à avant.

Avec Decays il était conscient de ce qu’il faisait [pas si sûre XD] de ne pas ressembler à Dir en grey [ça ressemble à Arashi donc c’est bon] mais maintenant il ne s’inquiète plus car il pense plus « qu’est-ce qu’un être humain nommé Die fait à ce moment » [vaut mieux pas savoir XD]

Toshiya avait une certaine appréhension à rejoindre quatre autres membres de groupe. Il ne savait pas quoi faire, comment être lui même. Il estime que ce n’est que sur scène qu’il peut être libre d’exprimer son identité.

Comme Kyo, il semble avoir honte du passé [et des jupettes en vinyle] mais il veut l’affronter parce que c’est ainsi qu’on fait un meilleur avenir. C’est un peu ce que le Best album représente pour lui.

Il avait peur que le Best album soit quelque chose qui « devait sortir » pour la même raison que tous les autres groupes, forcés par leur label. Mais c’était différent à cause de la contribution des fans.

Quant à Shinya, la tournée TMOAB est celle qui a le plus apprécié, parce qu’il l’avait tellement détesté quand l’album était sorti [à ce point? XD] maintenant il a pu apprécier les chansons.

En 2012 il y a eu une pause et il l’a utilisée pour regarder ses performances et a décidé de changer un peu. Le son est plus cohérent, essentiellement il s’est donné plus d’endurance pour jouer avec la même force plus longtemps.

Il a dit qu’il souhaite que Dir en grey enregistre les chansons comme tous les autres groupes, avec la mélodie en premier.

Shinya voulait tellement être comme Yoshiki qu’il apportait des vidéos d’X Japan et regardait la performance avant de jouer en live.

https://yridenergyridenergy.tumblr.com

Interview Kyo x Gara T-Site

Ça fait 6 ans depuis votre interview ensemble. C’était avant que sukekiyo ne commence ses activités.

Gara : C’est vrai. Nous avons été transféré dans la même compagnie et Kyo nous a aidé dans la production (pour le 7ème album de Merry « Beautiful Freaks » en 2011)

A ce moment je ne pense pas que c’était un moment facile pour Merry.

Gara : C’est vrai.

Kyo : Récemment ça a été le plus fatiguant je pense ? Nous en avons parlé il n’y a pas longtemps, à propos des concerts comme tous les jours « qu’est ce qui ne va pas ? », ce genre de choses.

Gara : Oui. Ce mois de février a été le plus intense (sourire amer)

Ne ressentez vous pas une forte envie de créer maintenant ? Avez vous l’esprit combatif ?

Gara : Je suis plus excité pour le 5 mai à Hibiya.

De votre point de vue, Gara, à quoi ressemble la performance de Kyo avec sukekiyo ?

Gara : Avec DIR EN GREY il y a le thème de la souffrance, mais c’est le contraire. La colère et la haine qui se cachent profondément. Je les ressens beaucoup. Personnellement, je préfère la vision du monde de sukekiyo. Leur performance et l’éclairage, ça vous absorbe vraiment.

Les concerts de sukekiyo se ressentent comme une performance artistique. Parmi nos lecteurs, il y en a peut être qui ne vous connaissent pas, Gara a travaillé en tant que roadie de Kyo ?

Gara : C’est vrai. J’ai commencé ce travail quand je suis arrivé à Tokyo. On se connaît depuis longtemps. Ça fait à peu près 20 ans. S’il y a quelque chose qui ne va pas, Kyo me donnera des conseils, c’est très rassurant. Il va bien me gronder ou me féliciter. [et lui offrir une image si il a bien travaillé].

Je ne voudrais pas appeler ça une relation professeur / étudiant mais vous pouvez parler de tout ensemble. Ça sera la 4ème fois que sukekiyo et Merry se produiront sur la même scène. Les fans accueillent cette collaboration avec des surnoms comme « sukemeri »

Kyo : Si j’étais un fan je penserais « ne faites vous pas trop de choses ensemble alors que vous travaillez dans la même compagnie ? » Je me demande si le pouvoir des adultes fonctionne ici. (Il parle du management)

Gara : Mais vu le nom de cet événement, ce genre de pouvoir ne fonctionne pas du tout (rire)

Kyo : Lorsque j’ai discuté avec Gara de ce que nous devrions faire avec le nom, il a proposé de donner des mots alternativement, et donc nous avons ce nom. [le fameux nom : »“Sangatsu ni saku gudon domo ni yoru sabita hasami to kangenrei no amearare sanrinsha no hanazono ni te, yurushite okunnahareya »]

Gara : sukekiyo, Metronome et Inugami Circus Dan. Tous des groupes avec une présence très forte, donc je me suis demandé pendant longtemps quoi faire pour le nom. En jouant avec ce line up je voulais vraiment trouver rapidement donc j’ai consulté Kyo et cette idée est venue.

Donc voilà comment ça s’est passé. Je vais prendre mon temps et m’amuser à trouver qui a donné quel mot. C’est un nom super long, je me demandais si tous les éléments mentionnés seront reflétés dans la performance d’une façon ou d’une autre.

Gara : Vous avez trop réfléchi (rire). Au début nous n’avions pas annoncé avec qui nous allions jouer. Nous venions de publier le nom de l’événement et les fans ont été très surpris. Comme DIR EN GREY a un planning très serré je ne pense pas que beaucoup de gens aient pensés que sukekiyo allait s’y joindre aussi.

Kyo : Mais depuis l’année dernière je dis tout le temps « je veux qu’on rejoue ensemble ».

Gara : Cette fois j’ai directement demandé « Monsieur Kyo (Dieu suprême tout puissant),avez vous le temps en mars ? » et il a directement accepté. Nous organisions cet événement mais nous avons beaucoup parlé avec Kyo et les membres de sukekiyo. c’était amusant et rafraîchissant.

Kyo : En entrant dans les détails, même parler des goodies c’était marrant. « Normalement les gens ne font pas ce genre de goodies ».

Gara : De notre côté, Yuu s’est impliqué aussi, ça a commencé avec « qu’est ce que vous voulez faire ? » Il y avait plein de questions comme « Kyo, où trouvez vous des idées comme ça ? »

Kyo : Je suis juste quelqu’un qui a des idées tout le temps, continuellement.

Gara : Même avec les stickers, si vous gagnez au tirage au sort, pour une raison quelconque, vous gagnerez un coussin Nero. (le batteur de Merry)

Kyo: D’une certaine façon nous en sommes arrivés à parler de « coussin à étreindre en tant que prix d’un tirage au sort ». « Faisons Nero ! »

Gara : Et sans rien dire à Nero, nous lui avons montré le produit fini « ton coussin à étreindre » et il était très heureux. Nous nous sommes beaucoup amusé dans la création des goodies. Donc tout est très bien.

Vous avez l’air de vous amuser plus que les fans (rire).

Gara : Ouais. Bien que j’ai été surpris quand Kyo a dit qu’il voulait produire un couteau [Psychopathe XD]. Il peut être utilisé pour un tour de magie, il a une lame rétractable. Sans réfléchir j’ai demandé « qui a besoin de ça ? » (rire) [Ceux qui achètent des cravates de cow boy. (voir goodies de Dir)]

Kyo : Qu’on en ai besoin ou pas ça n’a pas d’importance [mille excuses maître]. Je n’ai vu personne vendre des produits comme ça. C’est un festival, donc tout le monde en aura un en pensant « qu’est ce que c’est que ça ? » Donc vous pouvez poignarder vos amis. [Ouaiiiiiis !!! \(^__^)/]

Gara : Je vois (rire). Kyo est très rapide dans son travail, même quand c’est dans une période très chargée comme maintenant. J’ai appris beaucoup sur « d’où viennent ces idées ? ».

Kyo : Je déteste perdre du temps. Je suis quelqu’un qui a besoin de tout terminer en même temps. Les choses amusantes viennent à moi par elles mêmes.

Gara : C’est la même chose avec la production, Kyo travaille aussi rapidement avec sukekiyo et DIR EN GREY. Je pense que même si nous sommes proches, c’est une occasion de voir une nouvelle partie de lui.

De votre point de vue, Kyo, comment est Merry récemment ?

Kyo : Récemment je vois souvent Gara portant un chapeau d’écolier et je pense « ah donc c’est l’atmosphère de leurs shows maintenant ». ils ont eu tellement de concerts seulement en février, le matin, comme il pleuvait je me demandais ce qu’il faisait. (Leur dernier single « ame to kasa », « pluie et parapluie »).

Les événements au riche contenu continuent. Pour en revenir à l’événement du mois de mars, pouvons nous espérer vous revoir sur scène tous les deux ensemble ?

Kyo : Non, pas cette fois.

Gara : Honnêtement, moi non plus. Ce genre de scène terrifiante ne peut être savourée que par sukekiyo. Je chante depuis plus de 10 ans donc je ne suis pas tellement stressé à ce sujet, mais ces deux fois quand j’ai chanté avec sukekiyo j’étais nauséeux.

Kyo : Hahaha ! [Compassion….]

Gara : En pensant « Kyo chante ici, comme ça ? » [Dieu est parmi nous!!!] Il y avait trop de pression. La performance est si délicate, et la musique et la mélodie étaient vraiment difficiles. C’est la 4ème fois, je veux que Kyo voit que Merry et moi avons grandi. Nous avons confiance en notre nous actuel. A Osaka et Nagoya, et enfin à Tokyo, du début je veux rencontrer tout le monde dans un gros clash. C’est la première fois que nous allons jouer avec Inugami Circus Dan, ça fait 10 ans depuis la dernière fois avec Métronome, ce sont tous les deux des groupes très distinctifs, donc je suis vraiment impatient.

Kyo va publier un livre officiel du site mobile « Aun no ari » en avril. Il y a beaucoup d’expressions. Pensez vous que vous devriez essayer quelque chose comme ça aussi ?

Gara : J’y pense vraiment. En voyant que Kyo publie des dessins, des poèmes et des photos. [Moi je fais tout pareil comme Kyo!]

Kyo : Tu as sorti un livre aussi.

Gara : Oui. Mais la catégorie de fraîcheur est totalement différente. Je suis tombé sur la scène et j’ai eu une hernie. (Son livre « Gara karate » parle de son combat pour aller mieux »)

Kyo : Ce n’est pas bien d’en faire un livre ?

Gara : Quand j’ai eu ma chirurgie c’est Kyo qui m’a dit « ce serait bien d’écrire quelque chose ». Même avant qu’il nous produise il nous disait « A part le groupe, ce ne serait pas bien d’essayer diverses choses ? » Donc Yuu dessine, Nero a commencé la photographie. Pas seulement moi, tous les membres ont reçu des conseils et notre créativité a beaucoup augmentée.

Kyo : En obtenant l’inspiration d’autres sources que la musique et en l’utilisant pour la musique vous pouvez avoir une perspective différente. J’ai pensé que ça aiderait Merry à devenir encore plus fascinant.

Je vois. C’est bon de réaliser les choses que vous voulez faire. Sukekiyo tiendra une tournée « places assises » en juin à Tokyo et Kyoto, intitulée « Rakka suru getsumen » « La lune qui tombe ». Cette tournée a également un titre significatif.

Kyo: Avec ces lives en places assises notre atmosphère changera complètement. Nous sommes toujours en plein arrangement donc je ne sais pas jusqu’où je peux aller, mais je veux faire quelque chose de nouveau.

Gara : Est ce que vos fans peuvent un peu bouger pendant les concerts ?

Kyo : Seulement à certains lives.

Gara : Ça sera comment pour l’événement de mars ?

Kyo : Eh bien, c’est un event. Tout ne sera pas bien, mais nos fans ne bougerons pas. [Pas bouger!!]

Gara : Vous ferez quelque chose s’ils bougent ?

Kyo : « La ferme » [<3]

Gara : Héhé. Donc si par exemple des gens qui n’ont jamais vu sukekiyo commencent à crier…

Kyo : Mes fans les regarderont froidement.

Gara : Hahaha ! C’est un problème de transmettre une atmosphère.

Kyo : C’est vrai. Nos fans ont déjà pensé à ce qui fait un fan de sukekiyo. Donc si quelqu’un bouge beaucoup au concert les autres penseront « cette personne ne connaît rien ».

Je vois (rire).

Gara : Quand j’ai chanté Mama à l’Akasaka Blitz devant 1000 personnes qui me regardaient. Je n’avais jamais vu de fans comme des statues, c’était tellement intense (sourire amer).

Kyo : Comme Merry et sukekiyo ont joués ensemble avant que nos fans connaissent le style de l’autre, je pense qu’ils s’entendent. Je me demande comment ça sera avec les fans d’Inugami Circus Dan et Métronome. J’espère qu’ils seront tous gentils. [Au pire ils pourront se poignarder].

Gara : Je ne voulais pas avoir l’atmosphère ou les procédures d’un événement habituel. C’est bien de voir l’intensité de chaque performeur. Même avec 3 groupes qui jouent, il y aura beaucoup de temps pour chaque groupe. Je voulais que les gens puissent voir la couleur et la vision du monde de chaque groupe.

Kyo : J’avais dit que c’était bon mais finalement je veux qu’on rejoue ensemble. [Ça c’est juste pour faire vomir Gara]

Gara : Vraiment ! Nous avons parlé de faire une tournée aux clubs des quartiers délabrés comme des cabarets.

Kyo : Et inviter des groupe de visu chinois et Coréens. [Visu, je voyais déjà Kyo VS G Dragon]

Gara : Les vieux groupes qui sont revenus ne seraient pas bien aussi ?

Kyo : Je me demande si ●●●● ou ×××× viendraient si on leur demandait ?

Gara : Leur vision du monde correspond bien (rire). Si certains performeurs pouvaient nous rejoindre ça serait bien.

Kyo : Avoir autant de liberté est un point fort de Merry et sukekiyo. Bien sûr ce sont des groupes, mais tout peut arriver (pendant leurs concerts).

Avez vous pensé à créer quelque chose ensemble en dehors des concerts et des événements ?

Kyo : Non, il n’y a rien de ce genre.

Gara : Ça serait bien de faire quelque chose ensemble. [Un single, un album, des bébés….]

Kyo : Sortir un CD ensemble ça serait intéressant. [ah, pas de chance]

Gara : Ouais. Nous appartenons à la même compagnie, donc c’est totalement possible, nous pourrions faire beaucoup de choses.

Kyo : Je t’ai dit que ça sera jugé « ne faites pas des choses ensemble si vous appartenez à la même compagnie » mais si nous surmontons cet obstacle en faisant quelque chose ensemble, personne ne dira jamais plus rien. [Accroche toi Gara, juste un CD et ensuite vous achetez une maison et un bébé golden retriever. Plus personne ne vous jugera]

Gara: Et c’est la fin de ce numéro. Il y a une chose que je veux vous demander, comment voulez vous utiliser notre couteau ?

Kyo : Je poignarde Nero.

Gara: Nooooooon (rire). Tout le monde va l’acheter juste pour ça ?

Kyo : Hein, il n’y en aura pas tant que ça, donc ils seront assez rares. Un couteau sukemeri.

Gara : Non, c’est faux, c’est le couteau « la vie s’il vous plaît » (rire)

Kyo : Hahaha.

Gara : Et comme ça on a aussi fait les noms des goodies ensemble. Tous utilisent « okunnahaerya » [« s’il vous plaît » en dialecte d’Osaka]. Hein, on a aussi « gum okunnahaerya » ?

Kyo : Ouais, je voulais faire du chewing gum qui vient quand tu presse avec le doigt.

Gara: Quand j’ai demandé à Kyo ce qu’il voulait faire, il m’a dit « un click gum » [Faux chewing gum qui a une sorte de piège à souris. Quand on le tire pour le sortir du paquet, paf ! Ça claque sur le doigt]. Les adultes normaux n’achèteraient pas quelque chose comme ça. On presse son doigt et « yay ! » c’est terminé après un essai, probablement (rire).

Kyo : C’est bon. Tu l’achètes pour ce seul essai. [Kyo, ce buisness man]

Le moment avant et après le concert à l’air un peu festif (rire). Comme vous en avez l’occasion, y a t-il quelque chose que vous aimeriez vous dire ?

Gara : [Fais moi des bébés] En étant debout sur la scène je ne peux pas perdre, mais en considérant l’attitude d’un chanteur et la façon dont je dois le faire, il est la personne la plus proche qui chante et me serve d’exemple. Je voudrais qu’il reste comme ça pour toujours. Un jour, je voudrais qu’on me dise « tu l’as finalement atteint ». Tant que je suis dans un groupe, c’est quelque chose que je veux accomplir.

Kyo : Pourquoi tu parles si sérieusement ? (rire) Je voudrais produire un jeune groupe avec Gara. Il y a beaucoup de choses que nous ne pouvons pas faire seulement à deux. Nous pourrons probablement faire quelque chose de super bizarre. Déposons nos noms.

Gara : Ça serait bien si nous pouvions faire un travail ensemble avec cet événement. C’est le dernier.

Kyo : Et ajouter le jeune groupe que nous avons produit à cet événement.

Gara : Des choses amusantes s’ajoutent. Après cet événement je pense que nous allons tous les deux penser comme « la prochaine fois faisons le comme ça ».

Eh bien, donnez un dernier commentaire sur cet événement aux fans.

Gara : Il n’y a que des groupes très forts donc je veux terminer cet événement en gravant le nom Merry. Pas pour attirer les fans pour le prochain live mais montrer ce qu’est Merry et le transmettre entre sukekiyo, Inugami Circus Dan et Metronome. Si cet événement se termine seulement avec un « c’était amusant », ça n’a aucun sens.

Et pour vous Kyo ?

Kyo : Je rejoins juste en événement organisé par Merry. Habituellement je viens à la salle, après le live on mange des ramens. [Ce manque de respect XD]

Gara : En parlant de ça, il s’agit de Kyo donc je ne suis pas sûr de ce qu’il va faire. Je vais être nerveux s’il se passe quelque chose.

Kyo : Me donner autant de liberté, c’est vraiment Merry.

Gara : C’est effrayant (rire). Je vais faire de mon mieux en pensant que c’est une pression pour moi qui organise cet événement.

http://kyotakumrau.tumblr.com

Interview Kaoru Tokyo Sports

Au début de l’année nous avons été surpris par une grande nouvelle à propos d’ANDROGYNOS, le projet commun avec leur groupe « rival » PIERROT, mais dans cette interview Kaoru révèle ce qu’il en pense.

C’est inhabituel pour les artistes de tenir ce genre de talk event.

Kaoru : Déjà dans le passé je sentais que si je lisais une interview ou écoutais une conversation à la radio de l’artiste que j’aimais, je pouvais mieux comprendre leur musique. Certaines choses sont effrayantes à dire mais j’ai sentis que c’était un bon moment pour un talk event donc j’ai essayé.

Pourtant il y a une chance de détruire l’image de l’artiste à travers ça.

Kaoru : Si j’avais fait un talk event quand j’étais plus jeune ça ne se serait probablement pas bien passé. Je pense que ça a été fait au bon moment. Je suis dans un groupe depuis 20 ans, donc j’ai une certaine confiance (à propos des activités du groupe). Normalement vous pouvez mieux connaître un groupe quand vous savez à quoi pensent les artistes, si vous voyez leurs lives votre lien devient plus profond. Avec nous debout sur scène en étant nous mêmes et ayant notre originalité aux concerts, c’est intéressant de voir comment ces efforts fonctionnent de diverses manières et se propagent.

Quelle est la signification derrière « Tora no ana / Le trou du tigre » ?

Kaoru : Quand j’étais lycéen, j’aimais beaucoup le métal, je prêtais un album à un camarade de classe en disant « ce groupe est génial ! », je répandais les choses. A cause de ça c’est arrivé à un point où tout le monde disait « Si il t’attrape tu deviendra un fan de métal. Il est le trou du tigre du heavy metal ! » (rire). J’ai utilisé ça pour le titre. A cette époque mon camarade de classe m’avait dit « je ne pense pas que tu finira comme ça ».
(Tora no ana est utilisé dans le sens « un endroit d’entraînement rigoureux » ce qui signifie que Kaoru agissait comme un strict entraîneur / formateur dans l’art de la connaissance du metal).

Il y a eu une annonce à propos de votre projet ANDROGYNOS et des concerts en juillet à la Yokohama Arena, fait avec PIERROT.

Kaoru : Puisque tout a déjà été révélé, je n’ai plus rien à ajouter… Eh bien, nous avons prévu d’y « aller à pleine puissance ». Puisque nous avons l’avantage de jouer en permanence en tant que groupe, bien sûr nous pensons que nous ne devons pas perdre, [c’est un concert, pas un combat de boxe…] mais de l’autre côté ils ont ce « pouvoir » des fans qui attendent depuis tout ce temps. (Pierrot s’était séparé en 2006 et vient de reprendre ses activités).

Autrefois [jadis, naguère] ils étaient considérés comme vos rivaux.

Kaoru : Nous n’avions pas vraiment de contact, nous jouions aux mêmes endroits, donc c’était une présence inquiétante. Nous sommes un groupe totalement différent donc j’ai hâte de voir ce qu’il va se passer cet été. [Oh bah, crochet du droit de la part de Toshiya, grignotage de mollet par Kyo et victoire par KO pour Dir.]

Dans le passé vos fans respectifs se sont rassemblés au Jingu Bridge et on dit que c’était une situation explosive. […. j’espère que les lives seront filmés 8D]

Kaoru : Ouais, il me semble. Je n’étais pas au courant à ce moment là. Eh bien, à partir de maintenant je veux aller contre leurs attentes dans le bon sens. Je ne veux pas qu’ils disent « leurs chansons sont bien, mais les concerts sont ennuyeux ». Je veux qu’on dise « je ne peux pas détacher mes yeux de ce groupe ».

http://kyotakumrau.tumblr.com

Interview Kaoru – Ongaku to hito – Février 2015

Q : Vous dites que ARCHE a été un album difficile à créer.

Kaoru : Créer un album est toujours difficile, mais cet album avait un degré de difficulté différent. C’était compliqué de se rendre compte de ce que cela pourrait donner à la fin.

Q : Vous y pensiez tout le temps, même une fois que vous étiez rentré chez vous ?

Kaoru : Non, dernièrement j’ai essayé de ne pas penser au travail tout le temps. J’avais pris l’habitude de faire ça, et je n’arrivais pas à arrêter. J’avais seulement une vue d’ensemble de mon travail, et je n’arrivais pas à comprendre ça, avant. Maintenant quand je rentre chez moi, j’écoute juste une fois ce que j’ai composé dans la journée et j’essaie de ne plus y penser ensuite. Mais s’il m’arrive de penser à une phrase ou quelque chose, alors je l’enregistre dans mon iPhone (rire).

Q : C’est rudimentaire (rire).

Kaoru : Et quand je l’écoute le lendemain je me dis « Ah oui, j’avais pensé à ça ! ».

Q : Alors quand vous rentrez chez vous, vous essayez d’oublier le groupe ? [Mélissa : Il doit surtout essayer d’oublier l’existence de Die 8)] [Sophie : 3 questions avant qu’on ne mentionne le nom de Die.. ça devient grave XD]

Kaoru : Je regarde des séries ou des films que j’ai enregistré [Mélissa : enregistré ?! Kao on est plus au temps de la VHS ! C’est le temps du streaming ! On se modernise papy !] … Mais bien sûr je ne peux pas m’empêcher de penser au groupe. C’est toujours présent dans mon esprit. Je me demande toujours s’il n’y a pas quelque chose que je pourrais faire. Mais avant, j’y réfléchissais constamment, et je n’arrivais jamais à trouver de nouvelles idées de toute façon.

Q : Vous étiez plus excessif avant ?

Kaoru : Oui. Mais récemment j’en suis arrivé au point où je me dis que même si je peux toujours faire quelque chose de plus, je ne pourrais pas faire quelque chose de mieux.

Q : Je vois. Que représente cet album pour vous, personnellement ?

Kaoru : Cette fois … Je me suis dit « c’est ok même si je ne peux pas faire plus » [Mélissa : idée de simplicité, peut-être contrairement à DSS ?]. C’est ce genre d’album. Je ne pense pas que ce soit un album parfait, ni qu’il ne puisse pas être amélioré.

Q : Vous l’aviez déjà dit dans votre précédente interview [Mélissa : tu radotes papy]. Vous avez essayé de faire quelque chose de plus simple qu’avant.

Kaoru : C’est ça. Normalement, même si on me dit « est-ce que ce n’est pas déjà parfait ? », je vais répondre que non, que je veux encore y réfléchir un peu. Mais cette fois, j’ai essayé de me dire que c’était bien comme ça.

Q : C’est dans votre nature ?

Kaoru : Oui. Je suis indécis … Jusqu’au bout (rire). Je n’arrive pas à prendre de vraies décisions.

Q : Même dans votre vie privée ?

Kaoru : Non, en dehors de la musique je m’en fous (rire). Même si je semble plutôt « comme il faut » [standard, dans les normes], en fait je ne le suis pas. S’il y a un vêtement etc, que j’aime bien, je peux le porter pendant six mois [Mélissa : sans blague !] [Sophie : Genre un drap et une corde?], et par exemple, je ne vais pas correctement dresser la table avant de manger [Mélissa :…] [Sophie : Mais c’est quoi cette racaille!!]. Alors forcément je suis comme ça [très rigoureux] par rapport à la musique, et DIR EN GREY.

Q : Vous êtes seulement différent par rapport au groupe.

Kaoru : Oui, et plus particulièrement lorsqu’on compose les chansons. Par exemple, des choses comme les clips ou les concerts, tellement de gens travaillent dessus, et je ne sais pas à quel point il faut travailler pour que tout ça soit parfait. Alors je confie ce genre de choses à d’autres personnes, mais par contre je peux composer une chanson presque entièrement seul. Bien sûr, d’autres personnes m’aident dans la composition, mais comparé à l’organisation de concerts etc, il y a beaucoup moins de gens, et c’est facile à contrôler pour moi. C’est pour ça que je peux me donner autant jusqu’à la fin.

Q : Pourquoi êtes-vous si méticuleux ?

Kaoru : Et bien, tout simplement parce que je veux être heureux de le faire. Je veux être content/fier d’avoir créer quelque chose de vraiment cool. Pour faire simple, c’est tout simplement ce que je veux/mon unique but. Je n’ai pas envie de me dire « je n’ai pas pu faire quelque chose de bien ». C’est pour cela que je ne veux pas sauter des étapes pour aller plus vite, et c’est pour cela que je me demande toujours si je pourrais en faire plus.

Q : Dans le dernier numéro [du magazine], vous vous demandiez déjà « est-ce que je peux en faire plus ? » (rire).

Kaoru : Hahaha. Mais je suis comme ça.

Q : Avez-vous toujours été ce genre de personne ?

Kaoru : Je ne pense pas que j’étais comme ça quand nous avons commencé DIR EN GREY … Je pense peut-être être devenu comme ça à l’époque de VULGAR.

Q : Il y a environ dix ans. C’était une période durant laquelle DIR EN GREY essayait de beaucoup changer, comme si vous vous cherchiez.

Kaoru : C’est vrai. Si nous avions continuer à faire la même chose, je pense que le groupe aurait simplement fini par essayer de se préserver [juste pour continuer à exister], et je ne voulais pas de ça. Je ne pense pas qu’il y ait un intérêt à créer des chansons qui peuvent être créées facilement, juste comme ça.

Q : C’était difficile ?

Kaoru : Bien sûr c’est toujours bien d’avoir des chansons qui nous viennent naturellement. Mais personnellement, je ne l’accepte qu’à moitié …

Q : Vous vous dites toujours que vous pourriez faire mieux.

Kaoru : Oui, je me le dis tout le temps. Si DIR EN GREY continue pendant encore dix ans, peut-être que je commencerais à me dire « est-ce que ce n’est pas assez bien comme ça ? » mais … Si je me mets à penser comme ça, il y aurait très peu de temps entre les sorties d’albums.

Q : Pensez rapidement comme ça, alors, s’il vous plaît ! (rire).

Kaoru : Hahahaha ! C’est impossible pour moi pour le moment. C’est pour cela que DIR EN GREY est si complet, à mon sens, aujourd’hui. Je veux créer des choses qui dépassent les attentes de nos fans, et que les gens nous attendent. Je veux créer des choses qu’ils trouveront incroyables [Mélissa : t’inquiète, mission accomplie forever <3]

Q : Je vois. Alors, émerveiller les gens, c’est ce qui vous motive ?

Kaoru : Oui, même encore maintenant. J’aime entendre « Wow ! Ils ont encore fait quelque chose de génial ! ». Et bien sûr j’aime entendre « oui, oui, oui, je vois ». Et « ils ont fait du bon travail », mais ce que je préfère, c’est quand les gens ont des étoiles dans les yeux lorsqu’ils écoutent nos chansons. Alors c’est toujours ce que je cherche à faire. [Sophie : cœurs qui flottent autour d’un gros « love » scintillant]

Q : Alors vous faites de votre mieux parce que vous voulez ce genre de réactions ?

Kaoru : Oui … Mais je pense que j’aime faire ça.

Q : Quoi ?

Kaoru : Le fait de réfléchir (rire).

Q : Hahahaha. Je suppose que c’est vrai.

Kaoru : J’aime simplement ça. Je me connais, et ça rend mon travail compliqué à faire (rire). Par exemple, quand je réfléchis aux chansons, c’est sincèrement tout ce que je suis capable de faire. Même quand je suis supposé réfléchir à ma performance lors d’une tournée, je n’y arrive pas.

Q : Pourquoi êtes-vous dans un groupe depuis aussi longtemps ? (rire)

Kaoru : Je ne sais pas. (rire)

Q : Est-ce que ce n’est pas difficile de jouer dans un tel groupe ? Même si vous dites que vous aimez réfléchir.

Kaoru : Oui, ça l’est.

Q : Ne pas vous faire aider, retarder les sorties, causer des problèmes aux gens autour de vous [Mélissa : bon bah ça va oui ! ._.] [Sophie : Le mec qui remue le couteau XD], cela doit créer des difficultés dans vos relations entre membres. Comme DIR EN GREY a débuté depuis longtemps, je pense que vous avez le temps de changer de direction. Sans quoi vous ne seriez pas capable de voir le futur. Au bout d’un moment, vous seriez en désaccord ou vous abandonneriez. Alors je pense que cet album est un travail nécessaire pour DIR EN GREY pour continuer. Qu’en pensez-vous ?

Kaoru : Et bien, hum … Et bien, l’atmosphère dans le groupe n’a pas vraiment changé [Mélissa : « Die est toujours aussi chiant »].

Q : Elle n’a pas changé ?

Kaoru : Par exemple … Quand on nous propose de jouer à un événement, on ne répond jamais « Faisons-le ! » tout de suite. Nous ne prenons pas de décisions hâtives, nous réfléchissons à beaucoup de choses ensemble. Aussi, par exemple, si un magazine est publié et qu’on veut que nous y apparaissions, nous répondons seulement après avoir réfléchi attentivement à des choses comme : quel type de personne font ce magazine, quel genre de personne y est publié, et quel genre de personne lit ce magazine [Mélissa : les gars qui engagent des détectives privés avant d’apparaître dans un magazine quoi] [Sophie : Ah mais ils ont raison de faire ça ! L’image du groupe pourrait en prendre un coup!]. Cet aspect là de nous n’a pas changé.

Q : Je vois. Donc c’est vous qui êtes responsable de ce côté-là du groupe ?

Kaoru : Nous sommes qui, par nature, n’aime pas être comme les autres et qui veut toujours faire des choses que nous seuls faisons [Mélissa : sans blague !].

Q : Les albums qui représentent bien cet aspect sont UROBOROS et DUM SPIRO SPERO.

Kaoru : Bien sûr, c’est vrai. Alors j’aime probablement réfléchir et faire des choses dans ce sens là … Mais plus que ça, je ne veux pas faire les mêmes choses que les autres. Si tout le monde disait « allons ici », je répondrais « et bien je vais de l’autre côté ». Ou bien, « si nous allons là-bas, et bien j’y vais de cette façon ».

Q : Êtes-vous réellement une personne aussi rebelle ? [Mélissa : ‘tentiooon, Kao c’est un ouf dans sa tête !] [Sophie : Le mec fonce dans les murs en moto et se jette du 3ème étage… il a un bon level oui].

Kaoru : Probablement. Je l’ai déjà dit dans le dernier magazine du fan club, mais si je n’ai pas mon permis de conduire, c’est sûrement parce que je provoquerais beaucoup d’accidents (rire) [Mélissa : y en a réellement pas un de normal dans ce groupe] [Sophie : Ah en plus il faisait de la moto sans permis !! bien bien bien…].

Q : Pourquoi ? (rire)

Kaoru : Sûrement parce que je fais des choses que l’on est pas censé faire, ou je veux essayer de les faire. Alors vous pouvez imaginer si je conduis … Une partie de moi voudrait aller à contre sens, etc [Mélissa : ooookaaaaay] [Sophie : Mon Dieu]. Bon, vu comme je suis vieux maintenant [Mélissa : 352 ans], je pourrais bien conduire, mais si je l’avais fait avant je pense que ça aurait pu mal se finir.

Q : Vous ne donnez pas vraiment l’impression d’être quelqu’un qui prend des risques [Mélissa : haaaaaan ça clashe !]

Kaoru : En général je ne suis pas imprudent, mais il y a une partie de moi qui l’est. Je pense que c’est pour ça que je fais parti d’un groupe. J’ai toujours détesté qu’on me dise quoi faire [Mélissa : moi aussi, mais c’est pas pour ça que je créé des accidents en conduisant !]. Aussi, quand j’ai commencé à joué dans des groupes, et avec DIR EN GREY, quand le label nous disait de faire telle ou telle chose … Je me demandais pourquoi j’étais obligé de faire autant de ces choses qu’on nous demandait de faire.

Q : Hahahaha.

Kaoru : Un jour, j’étais vraiment mécontent parce que j’avais rejoint un groupe juste parce qu’on m’avait dit de ne pas le faire. Normalement, je demande au directeur TOMMY « ne seriez-vous pas en en colère si on vous disait de telles choses ? », et il répond « sûrement, mais ma position m’oblige à dire ces choses ». Et je réponds « Quand même, je déteste ça » (rire).

Q : Alors vous vous disputez (rire). Mais vous ne donnez pas l’impression de ne pas écouter ou de ne pas accepter ce que les autres disent, et vous n’êtes pas du tout égoïste.

Kaoru : Égoïste … Ah, non, je ne suis pas égoïste.

Q : Vous donnez l’impression de prêter attention à ce que les autres disent, même si on vous dit non vous pouvez comprendre, et vous n’êtes pas ingérable [Mélissa : contrairement à un certain rouquin] [Sophie : Bouclette!].

Kaoru : En effet. Mais en ce qui concerne DIR EN GREY, je suis seulement capable d’accepter des choses et d’être flexible depuis six, sept ans [Mélissa : c’est la vieillesse]. Mais une partie de moi se rebelle tout le temps contre tout.

Q : Ah ok, donc cette partie de vous existe toujours.

Kaoru : Oui, j’ai des moments où ça ressort.

Q : Effrayant (rire).

Kaoru : Hahahahaha ! Avant, DIR EN GREY était comme ça. Quand quelqu’un donnait son avis, quelqu’un répondait « Je ne ferais pas ça ! » [Mélissa : comme ça devait être pratique 8D]. Au bout d’un moi, petit à petit j’ai pris le parti de dire des choses comme « écoutons ce qu’il a à dire », et « ne serait-ce pas intéressant de changer de point de vue ? ».

Q : Même si ce n’est pas dans votre nature ?

Kaoru : Oui. Au début, le groupe n’avait pas de leader parce que j’avais dis « N’ayons pas de leader, parce que sinon je serais obligé de l’être » (rire).

Q : Vous avez dit ça ? Hahahaha !

Kaoru : Parce que je voulais être libre et non contrôlable. Plutôt que d’être au centre, je voulais être sur le côté et dire « « est-ce que cette idée n’est pas bien aussi ? ». C’est pour ça que je n’étais pas le leader. Mais au final, le groupe n’allait pas progresser si je restais dans cette position.

Q : Je commence enfin à vous comprendre (rire). En d’autres termes, vous ne pouvez pas vous débarrasser de votre caractère pointilleux au niveau de la composition précisément parce que ce n’est pas dans votre nature de gérer le groupe. C’est ça, n’est-ce pas ?

Kaoru : Peut-être. Même si je suis le leader, il y a des fois où je fonce solo. Alors … Je pense que ça s’est trouvé comme ça, moi faisant ce que je peux [pour gérer le groupe]. Mais même si je suis le leader, je n’agis pas vraiment en tant que tel. Je suis plus comme un modérateur quand on se retrouve pour discuter et prendre des décisions.

Q : Comment c’est, être le modérateur du groupe ?

Kaoru : … Pas si intéressant que ça (rire).

Q : Hahahaha ! Après notre discussion d’aujourd’hui, j’ai l’impression qu’il y a une partie de vous qui se bat contre votre propre nature, et une autre partie qui vous accepte tel que vous êtes.

Kaoru : Hmm … Oui.

Q : Pour résumer … Vous êtes quelqu’un de déraisonnablement têtu (rire).

Kaoru : Hahahaha ! Oui, je suis déraisonnablement têtu. Cela ne fait aucun doute … Mais une partie de moi le reconnaît, et le comprend, alors je deviens comme ça.

Q : Une partie de vous qui le comprend ?

Kaoru : Si je n’agis pas en étant déraisonnablement têtu, alors je n’avancerais pas. En d’autres termes, je pense que c’est parce que je n’ai pas confiance en moi [Mélissa : mooooh Kao T.T]. J’accepte d’être comme ça. Alors je pense toujours « N’y-a-t-il pas quelque chose d’autre ? », « Ne puis-je pas faire plus ? ».

Q : Est-ce que cela devient votre force motrice pour créer de nouveaux albums ?

Kaoru : Oui, sans aucun doute, et pour cet album en particulier. Je pense que c’est une bonne chose si je suis le seul dans le groupe à penser comme ça.

Merci beaucoup à Mélissa pour la traduction!

http://direngreytranslation.tumblr.com/