Interview Kyo PHY vol.21

Quel genre d’album pensez vous que c’est?

Kyo: Un album où vous savez que c’est DIR EN GREY rien qu’en écoutant l’intro, un album fort.

J’avais ce sentiment inébranlable que tant qu’il y aurait ces cinq personnes, n’importe quel son serait DIR EN GREY.

Kyo: Je pense que quelle que soit la chanson que vous écoutez, vous comprendriez vite que c’est DIR EN GREY. Mais ça a été difficile de trouver le compromis final [pour nous]. Par rapport à avant, c’était différent, nous ne pouvions pas faire de concerts, il fallait plus de temps qu’avant pour enregistrer, même si nous avions beaucoup de chansons nous n’avons pas vu l’objectif final pendant longtemps. De plus, nous ne parlons pas vraiment [entre nous].

C’est vrai.

Kyo: Nous avancions sans avoir de discussion du genre « faisons ça avec ça ». C’est pour ça que je pense qu’il était difficile de trouver un point commun entre nous 5, car tout le monde cherchait « quel chemin prendre? ».

Aviez-vous une vision spécifique, du genre « pour la suite je veux faire ça »?

Kyo: Personnellement, j’en avais une. Je l’ai déjà dit plus tôt, mais quelque chose de riche qui vous fait réaliser que c’est DIR EN GREY à peine vous l’écoutez. Auparavant, l’album avait des mélodies/titres très intenses, donc en mettant davantage l’accent sur la vision du monde je voulais mieux exprimer le DIR EN GREY actuel. De plus, il existe déjà des albums avec une vision du monde, donc je voulais quelque chose de différent.

Dès la première chanson, j’ai senti que cet album était différent des précédents. Était-ce votre objectif dès le début ?

Kyo: Ce n’était pas mon objectif, mais je me souviens que j’avais dit « je veux une ou plusieurs longues chansons ». C’est le plus petit nombre de morceaux que nous ayons eu sur un album jusqu’à présent. Il n’y a pas non plus de chanson d’intro, mais je pense que ça a fini par devenir quelque chose avec une richesse que nous n’avions pas eue auparavant.

Je pense que chacune de vos œuvres passées n’ont pas d’appartenance/de lien entre elles, mais cette fois-ci, c’est un album qui semble extraire jusqu’à présent les points forts de DIR EN GREY. Pourtant, j’ai l’impression que vous ne l’avez pas fait avec cette idée en tête, c’est devenu comme ça naturellement.

Kyo: Naturellement… eh bien ça a pu être comme ça, mais ça m’inquiète d’une certaine manière.

Vous inquiète? Pourquoi?

Kyo: Quand quelque chose que seule cette personne possède sort naturellement, je pense que c’est vraiment merveilleux. Mais dans mon cas, je ne peux pas me contenter de ça, l’autre moi dit « tu n’es pas ce genre de personne, extraordinaire ». Quelque chose comme « ne te dorlote pas ».

Votre idéologie pessimiste habituelle.

Kyo: Ouais. C’est pourquoi cette fois j’ai essayé différentes choses en chantant.

J’ai vraiment remarqué ça. Que vous avez essayé des styles que vous n’aviez jamais fait auparavant.

Kyo: Étant dans un groupe depuis si longtemps, « Kyo de DIR EN GREY » est établi, j’ai l’impression que tout le monde serait d’accord si je me contentais de refaire ce que j’ai fait avant, mais je ne le ferai pas. Je ne peux pas le supporter si je ne poursuis pas de nouvelles façons de m’exprimer. En fait, je préférerais ne pas avoir à le faire. Ce serait plus facile.

Du genre, ce serait bien de faire ça.

Kyo: Je serais vraiment d’accord avec ça, mais l’autre moi ne le permettrait pas. C’est pourquoi je veux me tester davantage.

Votre chant, cette fois, donne l’impression de devenir la personnalité/l’élément d’identification de cet album. Par exemple, la façon dont vous avez utilisé le falsetto dans « 13 » est très distinctive.

Kyo: Mais si vous écoutez simplement la voix elle-même, c’est vraiment étrange, il y a une partie qui ressemble à du n’importe quoi. « Mouai ni shosu » et « Otogi  » étaient comme ça, il a fallu beaucoup d’essais et d’erreurs pour qu’elles ne sonnent pas comme ça et qu’elles s’intègrent bien.

Une écoute rapide a laissé une impression sombre et lourde, mais d’une certaine manière, c’est un album de chansons (par opposition aux morceaux instrumentaux). Il est donc facile d’entrer dans la vision du monde de l’album.

Kyo: Ah, le son est maniaque mais je suppose que c’est facile à écouter.

Mais en fait, j’ai l’impression d’avoir reçu/interprété quelque chose de positif de vos chansons.

Kyo: Ce… n’est pas une opinion habituelle.

Vraiment?

Kyo: Eh bien, je ne peux pas vraiment me mettre à la place du public, alors je ne sais pas. Je veux juste dire que les choses que je criais ont cessé d’être intéressantes. Par exemple, dans le cas de la première chanson « Schadenfreude », jusqu’à présent je criais dans les parties lourdes de la chanson, mais cette fois j’attaque avec la mélodie. Dans « Perfume of Sins » aussi, dans la partie où normalement je devrais chanter, il n’y a pas de chant. En changeant les choses avec des choses comme ça, naturellement la quantité de cris a diminué. Vous avez un sentiment positif de ces choses, n’est-ce pas ?

Il y a aussi les paroles. Par exemple, dans vos précédents textes, il y avait beaucoup de chansons où le chant dirige la colère et la haine vers vous-même, mais cette fois, je pense qu’il y a aussi un lien avec la position ou la direction différente du chant.

Kyo: C’est vrai. Cette fois, c’est… plus une sensation panoramique/holistique.

C’est vrai. Avant vous écriviez des paroles en vous questionnant ou en vous faisant du mal, mais ce n’est pas comme ça cette fois.

Kyo: Ce n’est pas le cas, hein ? C’est plus comme « en fait, tout le monde a ce genre de sentiments, non? En général tout le monde les cache mais tout le monde en a, non? »

En d’autres termes, il y a une nuance dans le fait d’essayer de trouver un lien avec les autres / une alchimie. C’est peut-être pour ça que ça nous donne un sentiment positif.

Kyo: Mais ce n’était pas du tout fait exprès. Je ne veux pas partager des sentiments avec quelqu’un comme « Je veux que tout le monde pense comme ça ». Ce n’est pas ce que je souhaite.

C’est comme chanter pour quelqu’un qui vous ressemble beaucoup. Si quelqu’un comme ça écoute la chanson, c’est comme si vous étiez sauvé.

Kyo: Eh bien… ce serait bien s’il y avait une personne comme ça, mais je n’ai pas pensé « c’est pour cette personne » ou « il doit y avoir quelqu’un qui pense la même chose ». Je n’ai pas d’attentes envers les autres ou devrais-je dire, je ne demande rien.

Que voulez-vous dire par « Je ne demande rien »?

Kyo: Par exemple, les fans disaient des choses comme « Je vous suivrai toute ma vie », n’est-ce pas? Dans le passé j’étais quelqu’un qui prenait ça très au sérieux. Mais, à un moment donné ils partent. Et les gens qui disaient « Je vais vous écrire une lettre tous les jours », après un mois il n’y a plus de lettres. C’est pourquoi… je ne veux pas avoir d’attentes envers les gens, du genre « c’est comme ça ». C’est moi qui ai eu tort de trop en demander aux autres. C’est quelque chose que je fais par égocentrisme.
[Ecoute bonhomme, nous sommes beaucoup à être toujours là, depuis des années, sans t’avoir jamais rien promis. Il y a des masses de gens sur qui tu peux compter.]

Donc vous dites que vous vivez maintenant votre vie sans tenir compte de ce que ressentent les autres.

Kyo: Mais, juste un peu, je pourrais avoir juste un petit 1mm d’attentes.

Je pense que c’est naturel. C’est simplement la nature humaine de continuer à demander et à attendre des autres, même si vous avez été déçu ou si vous avez abandonné.

Kyo: Mais j’essaie de ne pas penser comme ça. Je veux être plus égocentrique.

Cette volonté de ne pas avoir d’attentes envers les gens, c’est comme si ce sentiment de solitude se développait à certains endroits. J’ai l’impression que ce genre de sentiment se retrouve aussi dans l’album.

Kyo: Je suppose que c’est ce qu’est un groupe. Par exemple, même si nous avons eu un énorme concert au Budokan, quand je rentre chez moi et que je mange tout seul, je me dis « c’était quoi tout ça ? ». Je me demande si tout ce qui s’est passé n’était qu’un rêve.

C’est là que naît la solitude. C’est un peu comme si, même s’il y avait tant de gens qui étaient là pour moi, maintenant je suis tout seul.

Kyo: Pour les fans, le sentiment est probablement similaire. Après que le concert soit fini et qu’ils sont de retour à la réalité, ils doivent penser « …hein ? ». C’est probablement la même chose

C’est vrai.

Kyo: Il peut y avoir une certaine connexion à travers cette partie, je suppose. Selon les personnes, « nous avons joué au Budokan! » ou « nous avons vendu tant de CD » peut leur donner confiance, mais je ne suis pas comme ça. J’aimerais vraiment l’être.

Mais je pense que ce sont les paroles de quelqu’un qui ne peut pas devenir comme ça (rire).

Kyo: Hahahahaha. Mais, c’est un peu pour ça que je fais des choses en pensant à moi. Que ce soit pour les nouvelles chansons ou les concerts.

Même si vous faites les choses en pensant à vous, pourquoi pensez-vous avoir été capable de continuer le groupe pendant 25 ans et de sortir de nouvelles chansons?

Kyo: Euh… souvent, je suis envié par des gens comme mes kouhai (jeunes collègues/musiciens). Ils disent « c’est génial que tu puisses faire ce que tu aimes ». Mais c’est juste que j’ai eu de la chance. J’ai eu la chance d’avoir un bon timing, une bonne période, des membres de mon groupe, un label, tout ça, le reste est pareil pour tout le monde. Ce n’est pas comme si j’étais quelqu’un de génial, il n’y a aucune raison de m’envier.

Je comprends ce que disent vos kouhai. Du point de vue de la troisième personne, vous êtes quelqu’un qui sait exactement ce qu’il veut faire et qui fait tout pour l’obtenir. Et à cause de ça, il y a un risque que les gens autour de vous soient dérangés par ça, qu’ils pensent que c’est gênant ou égoïste. Malgré cela, il y a toujours des gens autour de vous parce que vous valez mieux que ça.

Kyo: C’est ce que les gens pensent?

En tout cas, c’est ce que je pense (rire)

京 C’est… eh bien, je suis content.

J’ai pensé que la raison pour laquelle il est facile d’entrer dans la vision du monde de l’album est que vous pouvez vous exprimer sans faire semblant.

Kyo: Ah… c’est vrai. Ce que je peux dire c’est que peu importe si c’est Kyo de DIR EN GREY ou Kyo de sukekiyo, je ne peux que laisser sortir mon vrai moi. En vérité, j’aimerais pouvoir avoir un bouton marche/arrêt et exprimer devant les gens un moi complètement inventé, mais je ne peux pas.

Quoi qu’il arrive, le vous qui est la racine/fondation finira par sortir.

Kyo: La seule façon de le faire est de m’exprimer en coupant une partie de moi-même et en la jetant. De plus, il est très difficile pour le musicien que je suis et le moi de tous les jours d’être aussi proches que possible, et il est également difficile de traiter/interagir avec les gens. Même si je me mets à nu, cela ne signifie pas nécessairement que les autres vont réagir. C’est ce que j’ai toujours ressenti.

Je pense que ce n’est pas seulement vous, tout le monde est comme ça dans ce groupe. Vous êtes le genre de personne qui n’est tout simplement pas capable de faire une musique qui mentirait à votre vous actuel, même si vous le vouliez.

Kyo: C’est vrai.

C’est un bon point pour ce groupe. Enfin, laissez-moi vous demander comment vous en êtes arrivés au titre de l’album, PHALARIS.

Kyo: Nous pensons au titre lorsque les chansons sont réunies, et celui-ci correspondait le mieux à l’image. J’ai fait des recherches sur divers outils de torture et c’est surtout celui-ci que je ne voudrais pas expérimenter.

Il a apparemment été fabriqué par un homme nommé Phalaris.

Kyo: À cette époque les tortures étaient pratiquées devant le peuple. Ils vivaient cet événement tragique comme une fête ou des célébrations bruyantes. Quand on m’a rappelé une scène comme celle-ci, j’ai pensé que beaucoup de choses déplaisantes que les gens cachent habituellement allaient ressortir.

C’est bien de demander/entendre une histoire comme celle-ci de la part de la personne qui a choisi d’utiliser une chose aussi terrible comme titre d’album (rire).

京 …… Ah bon?

C’est une traduction de l’interview traduite en anglais par Kyotaku.
https://kyotakumrau.tumblr.com





12 réponses à “Interview Kyo PHY vol.21

  1. Merci beaucoup pour cette traduction, c’était très intéressant ! Je pensais que Phalaris venait de phalus et je n’avais pas eu la curiosité d’aller chercher plus loin. C’est chose faite et effectivement c’est pas sympa comme torture 😅 Je me demande quand même comment ils font pour trouver ce genre de concept ?

    Sinon je fais partie de ces fans qui sont toujours là (j’ai connu le groupe entre Gauze et Macabre), mais j’avoue que mon intérêt s’est estompé après avoir notamment assisté à un live très décevant en 2007 et renoué en force en 2015 avec Arche que j’ai écouté tardivement pour le coup.

    • De rien! C’est toujours intéressant de voir leurs perceptions sur les nouveaux albums.
      Et les interviews de Kyo ressemblent toujours à une consultation chez le psy hahaha.
      Pour le concept comme il dit c’est en fonction des chansons qu’ils composent. Si l’ensemble de l’album leur font penser à quelque chose en particulier.

      Wow ça date! Je les ai connus en 2006 et j’ai sûrement été présente au live qui t’a déçu mais qui moi m’a fait rêver haha.

  2. Oui c’est le genre d’interviews pas évidentes à traduire…
    Ça m’a amusé de lire aussi qu’ils ne se parlent pas beaucoup. On se demande comment ils arrivent à produire des morceaux aussi élaborés en se parlant au minimum ?

    Le concert était au Shinkiba Studio Coast en décembre 2007. J’ai adoré cette salle, le spectacle était génial, mais j’ai eu l’impression d’entendre la même chanson pendant tout le concert… Je n’ai retenu que Mushi, alors qu’ils ont aussi joué 304 goushitsu (unplugged) … u_u
    https://www.setlist.fm/setlist/dir-en-grey/2007/studio-coast-tokyo-japan-53d68381.html

    C’est la dernière fois que je les ai vus en concert, mes derniers voyages au Japon ne correspondaient pas avec leurs concerts, mais je vais faire en sorte de me rattraper ! J’ai regardé le Sogai hier soir, c’était extraordinaire encore !

    • En fait ils s’envoient leurs compo via Skype et chacun travaille ensuite dessus, de son côté. Il y a quand même un minimum d’échange écrit mais c’est vrai que niveau communication c’est pas la folie.
      Pour Sustain the untruth ils ont vraiment travaillé ensemble comme un vrai groupe, et ils étaient tous très heureux et fiers d’eux haha.

      Oh alors non, on n’était pas du tout au même concert 😅 Je ne suis allée les voir au Japon qu’à partir de 2013. Et tous les voyages je les cale en fonction de leur tournées héhé.
      C’est bizarre en effet d’avoir cette sensation d’entendre la même chanson pendant tout le concert. Ça m’était arrivé plusieurs fois mais jamais avec Dir en grey. Je comprends à quel point ça peut être décevant…

      Le live de Sogai est dingue hein! Bon il massacre Oboro et met un peu trop d’émotions dans Ranunculus (j’adore ça d’habitude mais là… 😅) mais tout le reste est incroyable! Cette performance sur Kukoku no kyouon!! The World of Mercy qui m’a foutu des frissons etc.
      On voit qu’ils sont hyper heureux de retrouver les fans devant eux et qu’ils profitent à fond.

      • Du moment qu’ils s’expriment sur scène, c’est le principal :) C’est intéressant en tout cas cette façon de travailler, et peu commun.

        Je cale mes voyages aussi en fonction des concerts, mais j’aime trop de groupes 😅 Je regrette juste de ne pas voir vu le day 1 d’Arche au Budokan, qu’est ce que je peux aimer ce concert !

        Oui le Sogai est terrible ! Je le trouvais mou au début et puis on sent que le concert bascule à un moment pour devenir magique.
        C’est difficile de dire si Kyo en fait trop ou pas, il nous emmène toujours au-delà des limites. Ça ne m’a pas gêné en tout cas. Je suis plus gêné quand il n’a clairement pas envie de chanter certaines chansons ^^
        Le public a dû souffrir de ne pas pouvoir crier en tout cas…

        • Arche au Budokan est incroyable!! Mais je ne l’ai pas beaucoup regardé, (pas beaucoup = moins de 10 fois xD) je suis trop émotive 😭

          J’aime beaucoup quand il part dans tous les sens, qu’il a des larmes dans la voix, qu’il hurle etc mais là c’est du début à la fin, on ne comprend plus rien à ce qu’il chante, il n’y a même plus de mélodie ni quoi que ce soit 😆
          Après oui quand on voit qu’il n’est pas du tout dans la chanson c’est pas agréable à regarder non plus, on est d’accord!

          Oui le fait que les fans ne puissent ni crier ni chanter donne une ambiance très spéciale au concert. Heureusement qu’ils peuvent faire un minimum de bruit avec les applaudissements. Mais ils étaient quand même à fond avec les headbang! Par contre porter le masque en même temps… ils ont du mourir de chaud.

          • Moi c’est le day 2 qui est passé moins de 10 fois, je préfère l’ordre des chansons du day 1 qui lui tourne souvent chez moi (même si je ne reste pas devant l’écran tout le temps).

            Bon, ben je crois que vous m’avez gâché mes prochains visionnages de Ranunculus version Sogai xD Normalement ce soir pour bien attaquer le week-end :)

            Oui, ça a bien dû suffoquer sous les masques :\ Mais je crois que le record c’était à Berlin en 2005, premier passage du groupe en Europe attendu comme le Messie, où il y a eu près de 300 malaises dûs à la chaleur (certains avant même le début du concert). Sur 3000 personnes, c’était pas mal. Dehors, ils avaient mis une douche improvisée avec une lance à incendie pour rafraîchir les gens, c’était le chaos xD

          • Oh non ce n’était pas mon intention!! Profite de Ranunculus à 100% haha!

            Le concert le plus éprouvant auquel j’ai assisté c’est celui de Munich en 2007, les fans tombaient dans les pommes dehors dans la file d’attente! On attendait tous sous un soleil de plomb et on devait souvent appeler la sécurité. Une fille m’est même tombée dessus. Et pendant le concert beaucoup se sont fait évacuer aussi, j’ai essayé de tenir parce que c’était la première fois que je les voyais mais je n’étais pas mécontente que ça se termine… Le groupe nous a souvent aspergés d’eau, merci à eux XD

  3. Bon ça va, je n’ai pas été contrarié par l’interprétation de Kyo, bien au contraire ! Ce concert est excellent du début à la fin, je sens qu’il va tourner très souvent chez moi celui-là ! Même le menu des chapitres est réussi 😂 Mon passage préféré est l’arc Aka-Oboro. Je suis d’accord pour dire que Kyo surjoue le truc au détriment du chant, mais c’est cette perte totale de contrôle qui rend ce moment unique. On a l’impression qu’il arrive à laisser les chansons s’exprimer à travers lui, du grand art.
    Et je repense à cette partie de l’interview où il raconte qu’il rentre manger seul chez lui et se demande c’était bien réel.

    Je vois que Munich 2007 c’était le même combat que Berlin 2005. Quand même, faire le pied de grue toute la journée et s’évanouir avant l’ouverture des portes, c’est con 😅

    • Ah! Ouf! XD
      Oui même le menu!! Avant de regarder le live pour la première fois j’ai laissé le menu défiler entièrement! J’étais déjà à fond haha.
      Oh Aka… j’ai toujours les larmes aux yeux… et Oboro j’en parle même pas xD
      Oui cette partie de l’interview m’a touchée. Il dit que les fans ressentent aussi sûrement la même chose et en ce qui me concerne c’est vrai!
      Quand je retourne dans la chambre d’hôtel et, que je sois seule ou accompagnée, je me retrouve quand même seule avec moi même, j’entends encore les guitares vibrer dans mes oreilles, j’ai toutes les images en tête mais j’ai l’impression de l’avoir vécu en rêve.
      Et le pire c’est le dernier concert de la tournée, quand je les ai suivi sur plusieurs dates, quand tout est fini je ne sais pas par où reprendre ma «vie d’avant ».

      Oui ces personnes m’ont fait de la peine!!
      En plus on attendait le long d’un mur recouvert d’araignées immenses…. Toutes les nanas hurlaient quand une araignée s’approchait xD Je suis arachnophobe… je m’en souviendrais toute ma vie xD

      • J’ai fait la même avec le menu 😂
        Oui j’étais étonné qu’il(s) se livre(nt) beaucoup dans les interviews. Ça faisait longtemps que je n’avais pas lu d’interviews du groupe, et ils ont l’air de se plus se lâcher maintenant.

        Le fait de cogiter après les concerts, j’avoue que ça fait longtemps que je ne le fais plus. Par contre un truc qui ne m’a jamais quitté, c’est de pleurer en début de concert quand je réalise que j’ai réussi à traverser ma télé pour vivre mon rêve 😅

        En parlant d’araignée, j’ai faillit en prendre une dans la tête à mon tout premier concert de Dir en grey au Japon. Le genre d’araignée bien dégueulasse, jaune et noire, avec des looooongues pattes très fines et pointues. Bonne nuit 😂

        • OH QUELLE HORREUR!!! (Pardon je réagis en premier à la fin de ton message XD)
          Heureusement que je ne le lis que ce matin, il aurait influencé mes rêves, c’est sûr!!

          En général je suis tellement claquée avant un concert que je dors debout pendant l’attente dans la salle, et quand ils arrivent et que je les vois ça me donne pile l’énergie nécessaire pour tout donner pendant le live XD Par contre avant je pleurais tout le temps après le concert mais ça me le fait plus maintenant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s