Interview Kaoru x Toshiya Rolling Stone

– Tout d’abord veuillez nous donner des détails par rapport à la sortie pendant cette période.

Kaoru: Ca faisait longtemps qu’on se demandait si on allait faire une sortie pendant cette période. Mais au bureau on nous a demandé si nous pouvions faire une sortie plus vite (rire).

– La chanson venait d’être écrite?

Kaoru: On a choisi une chanson qu’on avait en stock.

– Comment l’avez-vous choisie? Vous êtes-vous consultés avec les membres?

Kaoru: Nous nous sommes dit que ça serait bien d’avoir une ballade cette fois, une chanson mélodieuse. Donc on a choisi parmi les chansons qu’on avait.

Toshiya: En effet. On s’est dit qu’une chanson mélodieuse serait bien, on a choisi dans le stock, on s’est concerté avec tout le monde et nous avons trouvé qu’Oboro était la meilleure. Personnellement j’ai pensé que cette chanson pourrait être un single et qu’on pourrait la garder de côté pour l’album. J’ai pensé qu’en l’incluant dans l’album elle pourrait devenir la chanson phare.

Kaoru: Il n’y a pas eu de ballade en single dernièrement. Il y en a eu il y a pas mal de temps déjà. Donc on s’est dit que ça serait bien de le faire.

– C’est très rafraichissant pour DIR EN GREY de sortir un single sous forme de ballade, aussi l’arrangement…

Kaoru: Est simple. C’est extrêmement simple mais ça a pris du temps pour en arriver à ça.

– Vous vouliez augmenter le nombre de notes?

Kaoru: Non. Plutôt que le faire de façon désordonnée, c’était comme si on se fixait du regard. Il a fallu beaucoup de temps pour décider de la façon de procéder et du flux général pour la forme finale.

– DIR EN GREY a une forte image de groupe live, jusqu’à maintenant c’était une sortie, une tournée, une sortie, une tournée, maintenant même si les sorties ne se sont pas arrêtées, il n’y a plus de tournée à cause du corona. Quel est l’état du groupe?

Toshiya: Je pense que la partie que le groupe explore depuis que nous ne pouvons plus faire de live est grande. Mais personnellement je pense que c’est quelque part derrière moi. Le groupe veut bouger mais ne peut pas. Même si j’y pense je ne peux rien faire, ça ne veut pas dire que j’arrête d’y penser mais je l’ai mis quelque part derrière moi. En fait je n’ai pas d’autre choix que de faire ça.

– Rien ne nait même si vous continuez d’y penser.

Toshiya: C’est ça. Même si on compose et fait la pré production, la situation reste la même, ça a juste l’air bien sur le papier. C’est un peu étrange n’est-ce pas? Il n’y a pas eu de solution jusqu’à présent mais le processus pour avancer à changé. Nous avions une routine qui consistait à faire des lives tout en composant, encore composer et faire des lives mais tout n’a pas été bloqué. Nous continuons comme d’habitude mais quelque chose à changé quelque part. Aussi, peut-être que cette période restera comme ça à partir de maintenant. Je pense que je n’ai pas le choix que de m’adapter. Même si je pense comme avant, ça ne sera plus comme avant, peut-être qu’il faut que je laisse ça derrière moi.

– Est-ce que la production a changé à cause du manque de live? On dit souvent qu’une chanson grandit en étant jouée en live, mais en faisant une chanson qui est difficile à imaginer en live, l’image de la chanson ou sa construction, sa profondeur au moment où vous la composez peut-elle changer?

Kaoru: Même si je compose, c’est différent par rapport à d’habitude. Pour le dire d’une autre manière, c’est une période particulière donc c’est peut-être une chanson qu’on ne peut faire que maintenant. Mais, ça ne serait pas bien si on pouvait créer quelque chose d’intéressant dans ce cas? Même en y réfléchissant je ne sais pas. Jusqu’à présent les tournées avaient une grande influence. Elles fixaient la limite de production. C’est pourquoi il y a eu un changement, maintenant nous avons un temps illimité. Honnêtement si je ne reste pas concentré ça devient confus. Me donner un coup de pied aux fesses, me pousser et montrer ma force à été important (rire)

– Par rapport au temps de production illimité, qu’en est-il pour vous Toshiya?

Toshiya: J’en suis reconnaissant. Mais même si je veux l’utiliser autant que possible, il y a aussi des moments de paresse donc si ça a un bon côté, ça a un mauvais côté également. Je le dis honnêtement.

– Quel est le bon côté à propos de cet enregistrement? Avez-vous essayé de nouvelles choses?

Toshiya: Finalement à la fin je manquais de temps (rire). Mais cette fois j’ai senti que j’avais plus de marge en moi. C’est pourquoi j’y ai pensé de différentes manières. J’ai pensé est-ce que les gens vont l’écouter si on la sort? Si c’est une sortie numérique, est-ce bien de la sortir maintenant ou pas? Ne serait-ce pas mieux quand ça se sera calmé avec le corona? Même si on attend, quand je me demande quand ce jour arrivera je me dis que nous n’avons pas le choix. Si ce jour ne vient pas, nous devrons le créer. Plutôt que m’inquiéter, j’ai pensé que si cette chanson était terminée et qu’elle avait un bon feeling nous devrions la sortir.

– Créer ce jour est sans aucun doute quelque chose d’important.

Toshiya: Les personnes du monde entier endurent en ce moment, ça ne veut pas dire qu’elles attendront indéfiniment. Mais, personnellement, même si j’attends je ne pense pas que ça redeviendra comme avant. Dans ce cas je pense que c’est plus constructif de réfléchir à un moyen d’avancer dans cette situation. C’est ce que je fais personnellement, ou c’est ce que j’essaye de faire.

– En vous écoutant ça me fait penser à la pièce de théâtre de Samuel Beckett « En attendant Godot ». Les deux personnages principaux attendent Mr. Godot mais ils ne savent pas qui il est ni s’il existe réellement. Mais ils pensent qu’il viendra et l’attendent.

Toshiya: Tout le monde, moi y compris, est en train d’attendre. Mais quand je me dis « mais qu’est-ce j’attends? » la réponse est seulement « ce moment [d’avant] » n’est-ce pas? Mais honnêtement je ne pense pas qu’on y reviendra. Parce que ça a déjà changé. Si c’est le cas je vais avancer. J’arrête d’attendre, ça me fait un peu peur mais je pense que je dois faire un pas en avant.

Kaoru: Je ressens la même chose.

– On a dit qu’Oboro était la suite d’une certaine chanson. Les paroles sont du chanteur, Kyo, se suivent-elles?

Kaoru: J’ai entendu ça mais je ne l’ai pas spécialement remarqué. Le rythme et le tempo d’Oboro sont similaire à cette chanson donc peut-être que ça l’a poussé par là et qu’il a écrit ce genre de paroles. Je ne l’avais pas remarqué après avoir entendu le chant.

Toshiya: Moi non plus je ne l’avais pas du tout remarqué. Je me suis dis « c’est peut-être ça ».

– D’ailleurs, d’après ce que Toshiya a dit, Oboro pourrait-être la chanson principale du prochain album…

Toshiya: Seulement en tant que source sonore. Je vais un peu plus loin mais, maintenant il y a des possibilités infinies y compris pour les lives. Donc je pense que c’est bien si des chansons existent en tant que source sonore, au contraire, des chansons qui ne sont faites que pour les lives c’est bien aussi. En d’autres termes, à partir de maintenant ce qui est plus important que jamais c’est la manière d’ajouter de la valeur.

Kaoru: C’est bien les chansons qu’on ne peut faire qu’en live.

Toshiya: Si on ne peut les faire qu’à ce moment, on pourrait se dire « je veux aller à un live » non? Je réfléchi à comment y lier une telle valeur ajoutée. Je veux faire un live mais je ne peux pas, et faire un live ordinaire ne sera certainement pas amusant.

– Honnêtement ça a l’air compliqué de diffuser en streaming un live ordinaire.

Kaoru: Seule la retransmission est compliquée. En ce sens, les chansons dont parle Toshiya, celles qui ne peuvent être jouées qu’en live, c’est à dire les chansons qui ne peuvent pas être utilisées en source sonore sont intéressantes.

Toshiya: Je ne sais pas. Je ne fais qu’y penser (rire)

Kaoru: Il y en a peut-être pas mal… « C’est lesquelles ces chansons? ». Aussi personne ne mentionne les chansons dont il s’agit dans les interviews (rire).

Toshiya: Hahaha.

Kaoru: Les fans se demandent « Hein? Quelles chansons? » ils ne connaissent pas les titres. Même dans la setlist il n’y a pas les titres.

Toshiya: Pas seulement les sources sonores, pour la mise en scène aussi peu importe. C’est ce que je me suis dis récemment. Il y a longtemps les CD de DIR EN GREY étaient très ludiques. Récemment je me suis dis « ah, c’est assez ordinaire ». Mais si nous continuons à sortir des CD nous voulons faire quelque chose d’amusant. Dans les anciens CD de DIR EN GREY on doit chercher où ont été placées les paroles. Quand j’y pense maintenant je me dis que c’était une mauvaise blague, mais c’était étonnamment amusant.

– Qu’en pensez-vous leader? (rire)

Kaoru: Je mets beaucoup de choses dans le son (rire)

– Ce que dit Toshiya « les mauvaises blagues était une idée originale », avant de le voir vous vous faites engloutir par la normalité. Je pense que l’expression est cette bataille, à l’ère d’internet la vitesse à laquelle on se fait engloutir accélère. Donc même si on s’est fait engloutir il est important de continuer à se battre en étant conscient que « je ne suis pas comme ça ».

Kaoru: C’est exactement ce que je fais. Je ne pense pas du tout avoir d’intuition. Même si je ne peux pas faire de chanson, j’ai l’impression de ne le faire qu’avec un esprit de rivalité.

– Vous ne voulez pas faire des choses banales, ou plutôt vous voulez faire quelque chose qui n’a jamais été fait?

Kaoru: Je voudrais mais ça prend du temps. En parlant de « trucs » il y en a beaucoup dans « Oboro ».

– Quel genre de trucs, citez nous-en quelques uns.

Kaoru: Ce n’est pas intéressant si je le dis (rire). Il y a beaucoup de sons qu’on n’entend pas. Il y a beaucoup de sons que vous pouvez ressentir. Et je pense en inclure beaucoup dans le prochain album.

– Il y a une chose que je voudrais demander à propos du live. Je pense qu’en ce moment le sens des valeurs est en conflit. Même si vous faites un live certains fans diront « ne faites pas de live maintenant » et d’autres diront « merci d’avoir fait un live maintenant ».

Kaoru: C’est compliqué n’est-ce pas. Aucun des deux n’a tort. Cependant, en tant que groupe nous n’arrêterons pas d’avancer. Donc si les conditions le permettent nous ferons un live. C’est pourquoi je pense que beaucoup de gens diront « ah ils font un live à un tel moment. Leur point de vue à changé. ». Eh bien, je pense que ça se passe aussi dans d’autres groupes.

– C’est vrai. Dans chaque groupe une partie veut des lives et une autre veut arrêter, comment trouver un compromis…?

Kaoru: Je pense qu’on ne retournera pas à la normale avant un moment. Si quelqu’un dit « Ce n’était rien! » ça pourrait changer, mais ça n’arrivera pas. Je pense que ce sera difficile à moins que le nombre d’infectés ne baisse. Parce qu’à Taiwan où le nombre d’infectés à baissé il y a même des festivals.

Toshiya: Nous suivons une méthode incertaine mais parce que ça vient du gouvernement n’est-ce pas douteux? C’est ce que je pense. Ce qui influence les gens, comme l’a dit Kaoru, c’est le nombre d’infectés. Le seul moyen de réduire ce nombre et d’être radical. Si on confine tout comme au Royaume Unis, on subira d’énorme dégâts sur le plan financier. Beaucoup de personnes se retrouveront sans argent. C’est extrême mais, à moins d’avoir une forte volonté, on continue doucement comme ça, le nombre d’infectés baisse « ah, ça a baissé, donc c’est bon » et le nombre remontera surement à nouveau. Ca se répète. Si on ne l’arrête pas quelque part je crains que ça ne se répète continuellement.

[Pour faire un petit point sur la situation au Japon, même s’ils ont l’habitude de porter le masque, les restaurants sont ouverts et plein à craquer, le gouvernement incite les gens à voyager, la campagne de vaccination n’a pas encore commencé (officiellement si, mais ils font n’importe quoi, l’organisation est terrible), il y a souvent des attroupements, ils mettent en place l’état d’urgence sanitaire entre deux campagnes « go to travel ». Sans compter la tenue des Jeux olympiques, toutes les décisions du gouvernement sont une catastrophe.]

Kaoru: Tokyo est sous état d’urgence pour la 3ème fois mais j’aimerais qu’ils arrêtent de confiner d’un coup. C’est vraiment difficile quand on n’a pas plus de temps pour se préparer.

Toshiya: Par rapport à cet état d’urgence, nous obéirons, nous n’avons pas le choix. Mais pour le faire, je veux quelque chose qui nous fasse espérer. J’ai l’impression qu’on nous a soudainement prit du temps.

– On veut de l’espoir n’est-ce pas. Cela étant dit, la musique de DIR EN GREY nous fait toujours voir la lumière au final. Mais dans la situation actuelle on ne voit pas la lumière. Je ne pense pas que quelqu’un d’autre que Kyo puisse comprendre le sens des mots mais je me demande ce que signifie « Oboro ». Est-ce que Oboro [brumeux, vague] représente la période actuelle où tout est vague / obscure? Comment l’interprétez-vous?

Toshiya: Je pense que c’est l’obscurité avant que la lumière n’apparaisse. Avant que les gens ne perdent le courage de faire de leur mieux jusqu’à ce qu’ils soient complètement couverts de brouillard.

– Les humains ne sont pas si forts. S’il y avait de l’espoir, qu’est-ce que ce serait? Quel genre d’espoir voyez-vous?

Toshiya: Le plus gros espoir serait que le corona se termine. Mais avant ça je veux sortir correctement « Oboro ». Certains magasins de CD sont fermés en raison de l’état d’urgence, donc même en commandant certains personnes ne pourront pas l’avoir le jour de la sortie. Donc j’espère qu’Oboro arrivera chez toutes les personnes qui ont commandé.

– Quel est votre Oboro Kaoru?

Kaoru: Ils sont tous intéressants. Peu importe la situation, c’est quelque chose qu’on ne peut faire que maintenant. Il n’y a que maintenant qu’on peut s’exprimer de cette façon. Bien sûr le groupe va continuer, j’écrirai des chansons, mais je pense que ce serait bien si nous pouvions exprimer quelque chose qui ne peut être fait que maintenant, ou quelque chose d’intéressant.

– Il n’en reste pas moins qu’Oboro est un excellent titre.

Toshiya: C’est le cas quand on y pense maintenant. On peut l’interpréter comme cette situation confuse, on peut également la voir comme une faible lumière dans cette situation.

Kaoru: Je voudrais que vous l’écoutiez et que vous la ressentiez.

https://rollingstonejapan.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s