Interview Kaoru & Shinya Barks

– Bien qu’il n’y ait pas de tournée, les sorties se font comme d’habitude malgré le corona.

Kaoru: Oui. A part le fait qu’il n’y ait pas de live, rien ne change. Nous avons diminué le nombre de réunion avec les membres.

– Shinya, comment percevez-vous les activités du groupe avec le corona?

Shinya: Bien sûr le fait que nous ne puissions pas faire de live est le changement le plus gros, le reste n’a pas changé.

– J’ai pensé en premier lieu que DIR EN GREY pouvait poursuivre ses activités même dans cette situation car vous composez à distance. Qu’en est-il?

Kaoru: En effet. Mais, après tout j’ai le temps. Jusqu’à présent je composais beaucoup entre les tournées, maintenant je peux le faire n’importe quand.

– Avoir plus de temps signifie-t-il que le nombre de chansons et d’idées augmente ou que de nouveaux angles voient le jour? Ou, au contraire, avez-vous l’impression qu’il n’y a pas assez de stimulation en raison du manque de performances live?

Kaoru: Je ne sais pas si les stimulus sont suffisants ou pas mais, quand on fait une tournée j’arrête la production et je passe en mode tournée, quand elle est terminée je retourne à la production. La production est passée en mode on / off. Puisqu’il n’y a plus de tournée je travaille continuellement sur la production donc même si elle est objectivement terminée, il est difficile de voir son état réel.

– Et qu’en est-il pour vous Shinya?

Shinya: Par exemple, on sort un single, on le joue en live une fois et on fait l’album en voyant son feeling, c’était la procédure. Maintenant nous devons le faire sans savoir ce que ça donne en live.

– Dans de telles circonstances, comment est ressorti le single actuel « Oboro »?

Kaoru: C’était à l’automne dernier. C’est une chanson qui a été faite en travaillant sur l’album. D’abord quand on parlait de faire un single on disait « cette fois ce serait bien d’avoir un tempo moyen à lent et une mélodie claire » et c’est cette chanson qui a été choisie parmi les chansons composées pour l’album.

– La production de l’album est en cours?

Kaoru: Je dirais … pas du tout (rire)

– Alors c’est au stade de la composition des chansons pour l’album?

Kaoru: Oui, c’est à peu près ça.

– Vous avez parlé plus tôt que vous vouliez une chanson à tempo moyen, mais quel genre de flux, avez-vous jeté votre dévolu dessus?

Kaoru: Eh bien, en quelque sorte (rire) J’ai eu l’impression que beaucoup de personnes allaient l’écouter, cette fois.

– Pouvez-vous nous dire chacun quel est le point intéressant d’Oboro? On commence avec Kaoru.

Kaoru: Le début de la chanson? Je l’ai composée en pensant « cette chanson sera arrangée en fonction de l’atmosphère du synthé »

– Le fait d’avoir rendu le début important est-il lié au fait que ce soit un single?

Kaoru: Non, c’était déjà comme ça avant qu’on décide d’en faire un single. Je savais que ce serait une chanson qui ressemblerait à une ballade donc j’ai pensé que ce serait bien d’avoir une intro simple mais marquante qui pourrait être développée de différentes manières en fonction de l’arrangement.

– Y avait-il une raison à vouloir faire une intro simple?

Kaoru: Hmm, je ne voulais pas remplir avec des sons inutiles.

– J’ai l’impression que, même si elles sont simples, les chansons récentes de DIR EN GREY maintiennent leur style de construction de vision du monde, qu’en est-il?

Kaoru: Oui, je pense que je les fais simple. Plutôt que bourriner quelque chose et déconcentrer, je préfère faire écouter quelque chose avec concentration. Bien sûr, en fonction de la chanson c’est possible de la développer à partir de là et de la rendre intéressante.

– J’ai été intéressé par la partie où on peut entendre les cordes et guitares électriques se croiser et changer de place.

Kaoru: On ajoute les cordes, on les mixe en plein milieu et on entre dans le solo de guitare.

– J’ai senti que ce solo de cordes / guitare symbolisait l’image de la chanson, avec quel genre de pensée avez-vous crée le solo de guitare?

Kaoru: Je ne pense pas y avoir mis tout mon cœur mais je voulais faire quelque chose de chaud.

– Bien, la même question pour Shinya, quel est le point intéressant d’Oboro?

Shinya: Ca varie tout au long de la chanson. Personnellement je pense qu’il y a un son, puis il disparait soudainement, et il revient.

– Quelle partie aimez-vous dans votre jeu de batterie?

Shinya: Personnellement, j’aime la mélodie A.

– Plutôt qu’un motif rythmique classique, vous assemblez avec des phrases qui utilisent les toms.

Shinya: C’est ça. Théoriquement je ne sais pas, mais je veux le faire de manière intuitive.

– J’ai pensé qu’il y avait beaucoup de choses à écouter dans chaque jeu. Pour parler de mes impressions personnelles, il y a eu le corona, peut-être à force de rester à la maison je suis devenu plus attentif aux mélodies et aux paroles des chansons. Dans ces circonstances je pense que la vraie valeur de DIR EN GREY, y compris Oboro est mieux transmise. Sentez-vous que vous changez en tant qu’artiste ou en tant qu’auditeur à mesure que votre vie change?

Shinya: Non, même avant le corona je restais beaucoup à la maison (rire)

– Je vois (rire). Cette constante peut être une force. Qu’en est-il de vous Kaoru?

Kaoru: Hm, pour moi non plus il n’y a pas de changement.

– Ca peut aussi être DIR EN GREY. Lors de l’interview de la vidéo bonus, Kyo a dit à propos d’Oboro: « On dirait la suite d’une chanson sortie dans le passé, ou pas », ça m’a intéressé.

Kaoru: Je l’ai entendu de la personne en question. Eh bien, les tempos sont similaires, je pense avoir trouvé le lien. Mais ne m’en suis pas préoccupé.

– Shinya, qu’en pensez-vous?

Shinya: Moi non plus je n’ai pas écouté en particulier, j’ai le même point de vue qu’un fan ordinaire [différent des fans extrêmes]. Mais quand j’ai écouté la première fois et que j’ai vu les paroles j’ai pensé « il y a une ressemblance ».

– Ensuite, la seconde chanson est une reconstruction d’une chanson du passé, ce qui est habituel pour la seconde chanson d’un single. Cette fois c’est « The Domestic Fucker Family » du troisième album Kisou sorti en 2002 qui a été reconstruite sous le nom « T.D.F.F ». Comment s’est passée la production?

Kaoru: Sans vraiment y penser, j’ai commencé par là où je pouvais le faire simplement. J’ai l’impression de l’avoir fait de façon à ce que ça convient à ce que nous sommes maintenant. Dans la chanson originale, certaines parties sont ambiguës au niveau du rythme. Ca ne correspond pas parfaitement mais j’a forcé.

– Mais elle est cool aussi. Il y a aussi une sensation écrasée (?) qui correspond au groupe.

Kaoru: Oui oui. Mais cette fois c’est fait correctement.

– Pourquoi cette chanson a t-elle été sélectionnée?

Kaoru: Il y en avait 3. Nous avons décidé de la seconde chanson alors que nous ne savions pas encore quelle chanson serait la première. Les premières chansons étaient des balades. Puis, quand on a choisi « Oboro » en tant que première chanson, on s’est dit « la seconde chanson est aussi une ballade ». Il restait deux chansons. J’ai essayé les deux mais une des chansons correspondait plus au feeling actuel donc j’ai décidé de la faire. L’idée de faire cette chanson est venue d’un coup.

– Shinya, comment avez-vous pensé à refaire cette chanson?

Shinya: J’ai fait la batterie en changeant ce qu’il y avait à changer tout en restant fidèle à la chanson originale. Dans la chanson originale la composition a changé car le chant est inclus dans l’intro donc elle a été retravaillée à nouveau.

– T.D.F.F avait déjà été une chanson candidate en tant que seconde chanson d’un single?

Kaoru: Non, c’est la première fois.

– Avec de telles chansons, ne pas pouvoir aller aux lives, toutes les choses qui s’accumulent sont en ébullition. C’est une bonne sélection de chansons.

Kaoru: Merci.

– Et, comme toujours, la sélection des ingénieurs brille également. Cette fois le mixage d’Oboro a été fait par Neal Averon et le mixage de T.D.F.F par Tom Lord-Alge. Tous les deux ayant des Grammy et actifs dans le monde entier. Sur quoi vous êtes-vous basé pour les choisir?

Kaoru: J’ai contacté plusieurs personnes et ce sont ces deux là qui ont répondu (rire) [LE PROFESSIONALISME MESDAMES ET MESSIEURS!]. J’ai choisi une personne qui semblait convenir à chaque chanson. Quand on écoute la chanson finie, ça correspond.

– De plus, la vidéo bonus inclue 13 chansons qui ont été enregistrées pour la tournée sur écran « Meguro Rockmaykan gig » qui a été importante dans les activités de DIR EN GREY pendant la crise du corona. De plus, Rasetsukoku qui n’est incluse qu’ici. Je pose la même question mais, d’où est née cette idée?

Kaoru: Nous avions diffusé un live au KT Zepp Yokohama en mars l’année dernière, comme pour un vrai live je sentais les éclairages et les LED dernière moi. Mais « a t-on besoin de LED quand on regarde un live en vidéo? ». Ca serait bien de pouvoir faire ce genre de live mais, dans le cas contraire, j’ai pensé qu’on voudrait voir les membres dans un angle plus proche. En d’autres termes, j’ai pensé qu’il serait mieux d’avoir uniquement le groupe et le son dans une petite boite. Nous y sommes allés, beaucoup de groupes que j’admire y sont allés, si je devais dire un endroit sacré, ça serait le Rockmaykan, j’ai pensé que ce serait intéressant de le faire à cet endroit.

– Vous êtes attaché émotionnellement au Rockmaykan?

Kaoru: Non, en fait je n’y suis pas allé tant que ça, mais il y a quelque chose de spécial dans le son du Rockmaykan.

– Shinya, comment était le Rockmaykan après si longtemps?

Shinya: Ca fait environs 10 ans. mais comme c’était un enregistrement c’était différent des lives.

– Bien sûr vous voulez faire un live en direct avec le public.

Kaoru: Mais même si on dit qu’on veut le faire, ce n’est pas si simple.

– C’est vrai. Mais un live « Sogai » au Tokyo Garden Theater le 6 mai a été annoncé après un an et trois mois. (Cette interview a eu lieu début avril. le live a été reporté le 26 avril suite à la déclaration d’urgence sanitaire).

Kaoru: Le public regardera le live en étant limité mais je ne sais pas quelle est la meilleure chose à faire. Je suis sûr que nous pouvons créer quelque chose d’unique, que nous pouvons ressentir maintenant seulement. Nous n’avons pas l’impression qu’il faut toujours être excité pendant nos lives donc maintenant nous pouvons voir quelque chose d’intéressant qui nous est unique.

– Ce que je pense par rapport au corona c’est que la force du groupe est qu’il n’y a pas de « ça doit être comme ça  » ou « ça ne doit pas être comme ça ». Les performances live de DIR EN GREY peuvent être appréciées de différentes manières donc je pense que ça se démarquera dans cette situation.

Kaoru: Oui. Je pense qu’il n’y a pas beaucoup de groupe qui puisse se montrer correctement dans un hall avec des sièges. Je pense que nous pouvons bien nous montrer. [Mais oui, les concerts en hall sont géniaux. On a une excellente vue sur la scène, on ne rate rien. Même s’il n’y a pas le côté sauvage des fosses c’est une très bonne occasion de vivre les concerts différement!]

– Vous aviez l’habitude de jouer dans des halls et des livehouse donc dans ce sens, vous pouvez vous exprimer de plusieurs façons. Qu’en pensez-vous Shinya?

Shinya: Je ne sais pas quand je pourrais refaire de live après celui là donc je vais faire de mon mieux pour ne pas regretter.

– Vous allez aussi jouer Oboro dans un hall n’est-ce pas?

Kaoru: Ah, je ne sais pas si on va la faire ou pas (rire).

– Hein!? Mais elle viendra juste de sortir. Tout le monde va l’attendre.

Kaoru: Mais, si on la répète et que ça ne va pas, on pourrait ne pas la jouer.

– Aaah…. je vois. Eh bien, j’ai hâte de l’entendre en live!

Kaoru: Oui (rire)

https://www.barks.jp

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s