TheThe Day vol.94

« C’est l’année 2020.
Merci pour tout pour l’année dernière.
Je compte sur vous pour cette année aussi!
Et je compte aussi sur vous pour TheThe Day.
Dans le dernier numéro j’ai parlé de l’ouverture de l’atelier mais je vais la reporter pour travailler encore un peu dessus…
Je n’ai fait que travailler donc je n’ai pas de contenu à proposer!
Désolé pour le premier numéro de l’année… »

Kaoru

http://www.co-yomi.com

Interview Kyo COS

Ce que ça apporte aux gens de voir des concerts de DIR EN GREY.

Kyo: Selon moi, certaines personnes viennent à notre concert et rentrent probablement à la maison comme si elles venaient de perdre leur temps à nous regarder en live tandis que d’autres rentreraient comme si elles venaient de voir le meilleur show de leur vie. Il y a tellement de types de personnes qui se présentent à nos concerts qu’il n’y a aucun moyen de vraiment dire ce que quelqu’un devrait ressentir ou recevoir de notre concert. A chacun sa propre expérience.

La différence culturel entre les tournées américaine et les tournées en Asie. [Ah! ça c’est la question que je me suis toujours posée!]

Kyo: Probablement la réaction des fans lors de nos concerts. Les fans japonais sont toujours à l’unisson, ils ont leur façon de réagir à nos chansons. Ils sont extrêmement silencieux pendant nos chansons plus lentes, tandis qu’à l’étranger, les fans hurlent et se déchaînaient quel que soit le tempo de la chanson que vous jouiez. C’est probablement la plus grande différence que je vois.

A quels obstacles il fait face en tant que musicien asiatique essayant d’importer sa musique à l’international.

Kyo: Je ressens toujours le langage comme un obstacle, mais nous jouons comme toujours.

Grandir au Japon et sa scène musicale rock et metal.

Kyo: Au Japon, le rock et le métal sont deux scènes très distinctes. Je me souviens en grandissant que le rock était plutôt mainstream alors que le métal était presque tabou.

Le premier concert auquel il est allé au Japon.

Kyo: J’ai assisté pour la première fois à un concert du groupe japonais Strawberry Fields dans une salle appelé Kyoto MUSE. Tout était si frais et nouveau, j’ai vraiment pensé « c’est génial! »

Des nouveaux groupes japonais comme « BABYMETAL ».

Kyo: En ce qui concerne BABYMETAL, on ne peut rien dire de mal à leur sujet, n’est-ce pas? Les musiciens sont très talentueux et les filles sont des chanteuses puissantes. Les chanteuses sont de très jeunes femmes qui travaillent dur et qui pourraient être vos propres filles, comment pourriez-vous ne pas penser qu’elles font un excellent travail? C’est presque comme une question piège, je pense.

Si sa famille a soutenu son amour de la musique et sa carrière de musicien.

Kyo: Quand j’ai commencé un groupe, j’avais environ 17 ans et j’ai dû beaucoup demander l’aide de mes parents. Je leur ai aussi emprunté beaucoup d’argent, mais dès que les choses ont prises pour nous, je leur ai remboursé chaque centime. À notre époque indies, nous jouions tellement de concerts que je ne pouvais même pas faire un petit boulot à côté pour joindre les deux bouts. Ma mère me soutient toujours à ce jour mais je ne sais pas si mon père pense que je fais une bonne chose, même aujourd’hui.

Comment la culture japonaise a impacté sa musique et ses paroles.

Kyo: Je pense que cela a beaucoup d’impact. J’ai souvent une sorte d’image «japonaise» dans ma tête lorsque je compose des paroles.

Sa connexion avec ses chansons et ses paroles.

Kyo: Bien sûr, toutes mes paroles sont personnelles pour moi, je m’identifie à chacune d’elles. Mais les plus récentes sont pour moi les plus personnelles en ce moment, naturellement.

Les 20 ans de leur premier album GAUZE.

Kyo: Nous avons obtenu un contrat en major avec Gauze. À l’époque, passer de la scène indies à la scène major était un gros problème. Cela signifiait qu’il était enfin temps que votre groupe et votre musique soient présentés sur à la télévision et dans les magazines. Je me souviens que c’était une époque où nous étions en même temps très inquiets mais pleins d’attentes.

Sa relation avec la légende de X Japan Yoshiki, qui a produit des chansons de GAUZE.

Kyo: Je voulais être dans un groupe à cause de groupes comme X Japan et Buck Tick, donc Yoshiki était une grande inspiration pour nous à l’époque. C’est quelqu’un que nous respectons tous beaucoup.

Ce qui est prévu pour la suite.

Kyo: Nous allons fair une tournée en Europe début 2020, puis reviendrons au Japon en mars. Nous avons également annoncé un concert de deux jours au Pia Arena MM à Kanagawa les 23 et 24 juillet. Cette salle a une capacité de 10 000 personnes, nous sommes excités.

https://consequenceofsound.net