Live report Dir en grey Londres 2018

Les fans de DIR EN GREY ont dû faire preuve de patience ces dernières années. Le dernier album du groupe, The Insulated World, a mis quatre ans à arriver après Arche, et ils n’ont plus tourné en Europe depuis 2015. Si leurs fans pensent que l’attente est enfin terminée, le spectacle de ce soir est un nouvel exercice de patience. La soirée commence par une longue attente alors que la file d’attente s’étire le long de Camden High Street et autour du bâtiment. Même si ce n’est pas un concert sold out, il ne reste que très peu de billets. La file d’attente se rétrécit rapidement et la salle se remplit. Les fans regardent les goodies, prennent des boissons et essaient de trouver un endroit convenable pour regarder le concert.

DIR EN GREY fait son entrée habituelle l’un après l’autre. Shinya, vêtu de blanc aux cheveux gris argenté, prend place derrière la batterie. Le guitariste Die, aux longs cheveux blonds, prend sa place sur le côté droit de la scène, suivi du bassiste Toshiya et du guitariste Kaoru. Enfin, Kyo rejoint les autres membres, accompagné d’énormes cris et applaudissements. DIR EN GREY n’en est plus à ses origines visual kei et a atténué son look ces derniers temps, mais le chanteur a fait un effort ce soir, une tête de mort peinte sur le visage, qui avait été vu pour la première fois lors de la tournée 2013 du groupe.

Ils attaquent Utafumi à plein régime et nous avons un premier aperçu de la gamme remarquable de Kyo. Il bascule sans effort entre les growls gutturaux, les cris et une belle voix aiguë au milieu de la batterie et des guitares tonitruantes. Debout sur la plate-forme surélevée au centre de la scène, le leader a la foule à ses ordres instantanément. L’assaut auditif se poursuit avec Fukai et Ash, bien qu’ils mettent un certain temps à commencer avec celle-ci, peut-être un soupçon des problèmes qui nous attendent.

La scène est baignée d’une froide lumière bleue après la violence à bout de souffle de l’ouverture et Wake facilite un peu les choses. Pour une tournée après un nouvel album, il y a un nombre surprenant de chansons plus anciennes dans le set de ce soir. Cette chanson, qui remonte à l’époque du visual kei, a été retravaillée dans leur son actuel, bien que le solo lent et tranquille de Kaoru ait toujours cette touche de visual rock old school.

L’intro mélancolique au piano de Rinkaku se heurte aux cris de la foule. Les guitares lourdes entrent en jeu mais retombent dans des mélodies plus douces et Kyo se transforme en une voix d’opéra émotionnelle. C’est un moment paisible dans une nuit de chaos. Les fans s’étouffent et la pub pour shampoing des cheveux parfaits de Die ondulent doucement dans la brise d’un ventilateur installé à l’avant. Kyo se tord dans des gestes grotesques et peu naturels qui pourraient bien passer pour une danse dans une dimension alternative infernale. La salle est plongée dans le noir alors que la chanson se termine de façon dramatique et abrupte.

De terribles lamentations emplissent l’air, une partie de la piste d’accompagnement de la chanson suivante. Pendant que les guitaristes échangent leurs instruments, Kyo remue son index devant la foule – un petit geste de la main à tous ses fans. C’est un moment étrangement mignon de la part du chanteur au visage de tête de mort. Quelque chose ne va pas. Des roadies apparaissent dans les coulisses pour essayer de régler le problème, et le groupe se retire pendant que les techniciens tentent frénétiquement de régler le problème. Les fans discutent entre eux dans le silence, se demandant quel est le problème.

Ça prend 15 minutes avant que DIR EN GREY ne réapparaisse pour apaiser les acclamations. Kyo frappe le micro contre sa poitrine et la foule applaudit. La musique de fond ne fonctionne plus, mais ils se lancent quand même dans Devote My Life. Les guitares hurlent comme des sirènes et les fans réagissent avec sérieux. C’est une explosion rapide et agressive conduites par l’incessante batterie de Shinya. Kyo transforme sa voix en sons horribles, ressemblant à un cheval blessé pris au piège dans un enchevêtrement de fils barbelés [Précise la comparaison O_o].

Tout semble être revenu sur la bonne voie alors qu’ils commencent Keibutsu pour Hajimari, mais les membres du groupe quittent la scène une fois la chanson terminée, leurs problèmes techniques n’ayant toujours pas été résolus. Une annonce dans les hauts parleurs fait taire les fans. «Nous avons quelques problèmes techniques en ce moment. S’il vous plaît soyez patient. Nous allons reprendre la transmission dès que possible. Je vous remercie. »

Il faut patienter 10 minutes avant que DIR EN GREY ne revienne sur scène, salué par des acclamations. La ligne de basse grondante de Toshiya et la guitare hérissée de Karou lancent Phenomenon et le reste du concert débute. Kyo commence à peine à chanter qu’un technicien arrive sur scène et annule tout. La foule laisse entendre un gémissement audible de déception et alors que DIR EN GREY s’arrête, Kyo jette son micro dans la colère et la frustration. Le «boum» amplifié retentit avant que le frontman énervé quitte la scène.

La salle se met à scander «DIR EN GREY!» Tandis que les autres membres suivent leur chanteur et c’est encore quinze minutes avant que quelque chose ne se produise à nouveau. Les techniciens apparaissent avec du ruban adhésif et se mettent au travail. Le scotch va tout réparer, et si ce n’est pas le cas, mettez-en encore plus! Il s’avère que la source du problème est liée à l’ordinateur, affectant les musique de fond du groupe, les roadies sont en train de coller une nouvelle setlist.

Les fans de DIR EN GREY forment un groupe remarquablement loyal et patient. Ils prennent les retards avec un mélange de frustration discrète et de perplexité. Il n’y a pas d’affolement, de moqueries ni de bouteilles jetées sur la scène. La demi-heure d’absence du groupe ne passe pas très vite, mais la patience du public est finalement récompensée. Des cris et des acclamations envahissent la salle au retour de DIR EN GREY. Kyo s’est démaquillé le visage, ne laissant que du noir autour des yeux, et il semble canaliser chaque once de sa frustration vers une performance agressive de THE FATAL BELIEVER. Il se tient juste au bord de la scène pendant Sustain the Untruth et ramène la foule sous son charme en un rien de temps.

Après tous les problèmes, il semble que DIR EN GREY ait décidé de finir la soirée en beauté. La ballade Ranunculus, a été victime de la setlist modifiée. Elle est donc remplacée par le thrash ultra-rapide de The Inferno. La foule est tout aussi déterminée à y aller, et le premier rang à prédominance féminine est un océan de cheveux en bataille alors que le headbang passe à la vitesse supérieure.

L’ensemble se termine avec Values of Madness et Beautiful Dirt. Cca monte en crescendo lorsque Kyo se frappe la poitrine et lève les mains, comme dans une prière, pour remercier le public. DIR EN GREY quitte la scène, comme prévu cette fois-ci, et les fans se mettent à scander pour un rappel.

Ils prennent leur temps dans les loges et il est difficile de garder de l’énergie, donc les cris commencent à s’estomper. Les roadies jouent encore avec les guitares et ça prend près de dix minutes avant que le groupe ne revienne pour le rappel. Tout le monde est déterminé à profiter du dernier éclat de DIR EN GREY, car qui sait pour combien de temps, et Uroko déclenche un headbang épique qui voit les barrières de sécurité se contracter et fléchir face à l’élan de la foule.

La favorite, Saku, conserve l’intensité et la fureur des headbang, suivi de C pendant laquelle les fans chantent en coeur. Kyo frappe le micro contre sa poitrine en criant «London! London! London! », Avant de crier « Last song! Last song! » En guise d’introduction à Rasetsukoku. C’est une fin de soirée féroce, une tempête de voix hurlantes et grondantes et de guitares matraquées qui donnent aux fans une dernière chance de se déchirer.

Le groupe s’imprègne des applaudissements et, compte tenu des problèmes de la soirée, passe plus de temps que d’habitude à manifester son appréciation pour la patience de leurs fans. Kyo jette sa serviette dans la foule et Shinya emboîte le pas, faisant de ses baguettes des souvenirs. Kaoru, Die et Toshiya arrosent les premiers rangs avec des bouteilles d’eau et lancent une réserve apparemment infinie de médiators dans le public.

En général, ça ne parle pas beaucoup dans un show de DIR EN GREY, mais après que les autres membres du groupe soient allés dans les loges, Die prend le temps de s’adresser aux fans après les difficultés de la soirée. «Merci d’être venu ce soir. Désolé, nous avons eu quelques problèmes », s’excuse-t-il. Il termine avec “Nous vous aimons les gars. Nous nous sommes amusés ce soir. Nous avons apprécié le spectacle. » La nuit a été difficile, mais ces artistes chevronnés ont relevé le défi et surmonté, en fin de compte, le test. Die hurle «Au revoir!», Qui fait écho à la foule et quitte finalement la scène pour de bon. C’est une soirée mémorable pour des bonnes et des moins bonnes raisons. DIR EN GREY ont peut-être donné leur show en plusieurs fois mais ils l’ont bien rendu à leur fans.

http://www.jame-world.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s