Interview Kyo 26.09

Samantha: La dernière fois que j’ai parlé à Shinya de Dir en grey c’était en décembre 2011, qu’a fait le groupe depuis?

Kyo: Début 2012 nous avons fait un concert à l’Osaka Jo Hall qui était la compilation de Uroboros. Pour le groupe, nous sommes les mêmes vieux Dir en grey.

S: Je comprends que vous avez sorti un nouvel EP, The Unraveling. Pouvez vous m’en dire plus à ce sujet?

K: Nous y avons mis le même effort que lorsque nous produisons un album complet pour reconstruire nos anciennes chansons dans le nouvel EP. Dans la version deluxe japonaise nous avons enregistré Macabre qui a fini par avoir 5 minutes de plus que prévu. Malheureusement ce n’est pas disponible à l’étranger. Le présent Dir en grey est satisfait avec les autres chansons aussi.

S: Des projets pour votre prochain album?

K: Nous sortons un nouveau single en janvier prochain. Ça serait cool si nous pouvons sortir un album après le single.

S: Et vous jouez à Toronto à l’Opéra House le 14 novembre. A quoi les fans peuvent s’attendre pour le show?

K: Je déteste décevoir les attentes, donc j’aimerais qu’ils ne s’attendent à rien.

S: Vous avez un groupe de métal français, Dagoba, en première partie de votre tournée. Qu’est ce qui vous a donné envie de jouer avec eux?

K: Je ne connais pas vraiment les choses essentielles à ce sujet, mais je tiens à animer la foule avec eux.

S: En lisant ce qu’il se passe avec Dir en grey au cours des dernières années, je comprends qu’on vous a diagnostiqué des nodules l’année dernière. Comment faites vous maintenant?

K: J’ai été hospitalisé et traité avec des médicaments quand c’est arrivé. Je m’y suis récemment habitué.

S: Tous les fans de Dir en grey comprennent l’effort et l’énergie que chacun d’entre vous mettez dans votre musique et performance quotidiennement. Que faites vous pour éviter l’épuisement ou le burn out?

K: Ne pas penser en avance à ce qui va arriver.

S: Vous avez tous été avec Dir en grey en 1997, c’est un peu plus de 15 ans. Beaucoup de groupe de métal se sont séparé en atteignant cette période ou ont eu des changements drastiques. Qu’est ce qui a gardé tous les membres ensemble depuis si longtemps?

K: Je ne dis rien.

S: L’un de vous fait ou envisage des projets parallèles?

K: On a presque tous participé à une sorte de projet parallèle. Personnellement, j’ai publié deux albums photo en juin.

S: Sur votre page facebook, répertorié sous vos influences, il y a certains groupes américains comme Nine Inch Nails, Smashing Pumpkins, Pantera et Radiohead. N’avez vous jamais ressenti la pression de faire davantage pour plaire aux fans américains ou européens, par exemple des performances en anglais?

K: J’ai dis une fois que nous ne serions pas capable de diffuser sur la radio américaine sans paroles en anglais, mais finalement ils nous ont diffusé avec des paroles en japonais. Je n’ai pas ressenti de pression depuis.

S: Voudriez vous collaborer avec ces groupes américains?

K: Certainement.

S: Vos fans de longue date se souviennent lorsque vous aviez utilisé une approche plus visuel, le « visual kei ». Qu’est ce qui vous a incité à vous éloigner de l’étiquette « visual kei »?

K: Je ne comprends pas vraiment la notion de « visual kei » mais nous n’avons pas changé entre ce que nous faisions avant et ce que nous sommes en train de faire.

S: Si vous pouviez décrire votre son et votre style, comment le feriez vous?

K: Vous le comprendrez si vous regardez les lives et écoutez les CD.

S: Votre musique a transcendée les frontières culturelles et les barrières linguistiques. Y’a t-il une région du monde où vous n’êtes pas encore allé et où vous voudriez aller, et pourquoi?

K: Je ne sais pas vraiment où nous allons jusqu’au jour du voyage, et je ne m’en inquiète pas vraiment beaucoup. Au Japon ou à l’étranger je ne sais pas vraiment où je suis allé, donc je ne m’en inquiète pas vraiment.

S: Quels sont vos projets après la tournée?

K: En janvier nous avons un nouveau single et notre grand show au Japan Budokan en mars.

S: Un dernier mot pour les fans de Toronto avant le show?

K: La dernière fois que je suis allé au Canada, j’ai pris une douche sur le lieu où nous jouions et il n’y avait pas d’eau chaude. Je me suis lavé la tête avec de l’eau froide. Avez vous vécu quelque chose de similaire? Je vais aller au Canada en espérant que votre réponse est « non ».

http://www.lithiummagazine.com/interview-kyo-dir-en-grey-%E2%80%93-september-26-2013

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s