Interview Kyo Greed part1

Vous vous souvenez du Greed? Ce n’est pas très récent mais voici l’interview de Kyo. Elle est longue donc elle sera en plusieurs parties. Grey a la gentillesse de la traduire. Merci à elle ^^

 

Un élément important du comment  Dir en grey est capable de créer une image si intense et l’existence d’un type appelé Kyo. Son statut est normalement appelé « chanteur », mais lui même ne se décrit pas comme ça. Cette intention est bien sur clairement audible lorsqu’on écoute leurs chansons, et si l’on assiste à un live aujourd’hui, c’est visible dès le début. Des tons bas aux tons hauts, il tisse des histoires avec une voix inimaginablement puissante, montrant sa réserve dans une performance physique découlant naturellement de son corps [ l’être intérieur à son corps]. Cependant, sitôt qu’une forme est complète [à la fin d’un concert] , il a pour habitude de la détruire encore avec aisance. Son changement intérieur ne s’arrête pas là, mais continu de se développer.

Interviewer: Kyoto, la ville où Kyo-kun est né et a été élevé, est connu comme une destination touristique et culturelle internationale. Est-ce que ce fait a eu une influence sur vous ?

Kyo: Je ne le dirais pas comme ça, mais peut être que cela a eu une influence, sans que je le sache. J’aime vraiment la « façon typiquement japonaise » [和 (wa)] de voir le monde, quoi que typique de Kyoto. 
 
I: En commençant par les touristes, on peut aujourd’hui observer beaucoup d’étrangers dans cette ville.

K: Quand je vivais à Kyoto, j’allais à peine voir les sites touristiques, mais je pense qu’il doit y avoir plus de visiteurs là bas qu’à d’autres endroits. À ce moment, je n’étais pas autant intéressé par Kyoto elle même. Je ne la détestais pas, mais en classe élémentaire je n’avais pas autant d’intérêt pour les temples ou les choses de ce genre, je pense.

I: Pas de doutes (rires). Peut être que c’est parce qu’ils sont si familiers, qu’on n’y fait pas tellement attention. Pour l’introduire différemment : Quand avez vous développé un intérêt pour Kyoto?

K: Il n’y a pas de vrai “point de départ”, mais à Kyoto on a le sentiment que le temps s’écoule plus lentement et j’ai aimé ce fait même après l’avoir quittée. Quand j’avais 17 ou 18 ans je me suis dirigé vers Osaka. Plus je restais longtemps là bas et plus je réalisais qu’il y avait de nombreuses différences dans l’atmosphère et le caractère des gens, et je suis venu à penser qu’en fait Kyoto est vraiment un bon endroit. Depuis je n’ai rien étudié de spécial sur les temples, mais d’une façon ou d’une autre l’atmosphère, la disposition des temples ou des choses comme ça m’intéresse de plus en plus.

I: C’est parce que si l’on est séparé d’un endroit, il y a de fortes chances pour que l’on réalise le charme de cet endroit. 

K: Même quand je vivais encore à Kyoto je ne visitais pas d’endroit comme Kinkakuji [Temple du Pavilion doré], Ginkakuji [Temple du Pavilion argenté] ou Sanjûsangendo [littéralement Hall avec trente-trois espaces entre colonnes] très souvent. Quand j’étais vraiment petit, j’y suis allé une fois ou deux. Quand j’avais 16 ou 17 ans, tous les autres jeunes voyageaient dans des endroits lointains pour s’amuser, et je suppose qu’il y avait pas mal de chose à voir, mais moi qui ne pratiquais aucuns sports, ou des choses comme ça, je quittais difficilement mon chez-moi. Je décidais le moment d’y aller, [mais] je ne savais pas comment m’y rendre (au Kinkakuji et d’autres endroits comme ça) et donc je finissais par me dire « même si j’y allais, que pourrais-je y trouver de toute façons ? » Je n’avais vraiment aucun intérêt pour ça. Donc, la vérité c’est que je ne sais pas.

I: Mais sur certains points vous avez été fasciné par ces bons côtés [de Kyoto].

K: Pendant les tournée, on visite de nombreuses villes, non ? L’atmosphère dans les campagnes est encore différente et il y a aussi [d’autres] endroits où le temps s’écoule doucement, mais quand je retournais à l’occasion à Kyoto, je me sentais à l’aise/posé… mais c’est peut être parce que j’ai vécu ici. J’aime aussi pas mal les films d’horreur Japonais et il doit y avoir quelques caractéristiques qui sont liées à l’atmosphère des anciennes maisons de Kyoto. Dans ce respect, il doit y avoir une influence.

I: L’atmosphère des temples est différente [de celle des anciennes maisons], mais ils n’ont pas [non plus] d’image gaie, lumineuse. Au fait, avez vous un temple favoris ?

K: Il y a peu de temps j’ai visité le temple Tôji. Bien sur je connaissais ce temple et une fois, il y a longtemps, je suis allé dedans, mais ça ne m’avais pas autant impressionné. C’est le sentiment que vous avez, quand vous ne rentrez pas pour quelque chose de particulier. Mais récemment il y avait ce jour spécial, durant lequel on avait la rare chance d’entrer dans la pagode du temple Tôji. Quand j’y suis entré, c’était incroyable. « Qu’est ce que ceci ?! C’est donc comme ça !?” Dans cette pagode, il y avait des sculptures qui ressemblaient à des diables. Aussi dans le Sanjûsangendo, il y avait beaucoup de sculptures, mais je pense que le [hall du] Senjyûkannon [Déesse aux mille bras de la Miséricorde] était meilleur [concernant les sculptures]. Sinon c’est le temple Tôji. C’était absolument stupéfiant. Si j’avais la chance d’y retourner encore, j’aimerais y aller.

I: Donc à ce moment, vous n’aviez pas prévu de visiter le temple Tôji, vous avez juste été là par chance?

K: Oui, c’est vrai. Juste quand je rentrais à la maison, je suis venu à passer devant le Tôji. Il y a longtemps, nous avons aussi travaillé pour un magazine [Photo shootings, interviews, etc] à côté de ce temple.

I: J’aurais pensé entendre le nom d’un temple un peu plus « fou »/extrême… [Tôji] est assez commun, non ?

K: Non, c’est vraiment incroyable. Au contraire, je ne connais pas vraiment d’endroits aussi fou, puisqu’ils ne sont pas spécialement intéressants. En général, un temple n’est il pas quelque chose qui ne peut être complètement capturé juste en y entrant ? Quand il n’y a rien d’autre… Certainement qu’il y a aussi d’autres beaux endroits comme des jardins et des choses comme ça, mais on dit « c’est joli”, et c’est tout. ça me fascine quand quelque chose me rend stupéfait, comme « Ceci a été fait par des gens ?!” Il de nombreuses choses à penser, comme combien de temps cela a t’il prit pour le construire, combien de personnes ont été nécessaires ou pour quoi cela a été bâtit, mais ça serait stupide [de supposer] que c’est comme un démon/que c’est d’origine démoniaque (rire). J’aime aussi regarder les détails des sculptures; c’est intéressant en quelques sortes, vous voyez.. En fait, j’ai la phobie des grands bâtiments. Appartements, de tels choses, sont ok, mais… à dire simplement, quand je me sens comme une marionnette dans « Les Voyages de Gulliver », ça me fiche la frousse.

I: Que voulez vous dire ? (rire)

K: Je ne peut pas bien l’expliquer.. en fait les choses n’ont pas à être si grande, mais ça m’effraie quand les choses sont  anormalement/inhabituellement grosses. Juste l’imaginer est effrayant (rire). Il y a aussi une maladie [La phobie des hauteurs ou d’être à proximité de bâtiments élevés] et peut être que je l’ai. Mais ça m’intéresse profondément, vous savez. Par exemple, il y a une grande sculpture d’un Dieu en Chine qui est gravé dans un escarpement (peut être «Grand Bouddha de Leshan ») que je veux voir à tout prix. Ça m’effraie, mais je suis ravi/excité.

I: On dirait que plus qu’au Japon, il y a beaucoup de choses anormalement grandes dans les autres pays.

K: Mais, même si les églises ou de telles choses sont énormes, je ne les considère pas tellement. Vous voyez, moi même je ne comprends pas bien quels critères doivent être remplis, pour que quelque chose me fasse peur. Ça ne m’effraie pas spécialement [par exemple] si quelque chose qui fait normalement quelques centimètres devient de la taille d’un humain. La première fois que j’ai pensé “WOW!” au Tôji, je n’avais pas spécialement de hobbies ou quelque chose comme ça. Mais récemment mes intérêts ont grandit et je voudrais visiter de nombreux endroits, j’ai l’envie de voir des choses différentes. 

I: Pouvez vous nous donner des exemples de ces nouveaux hobbies?

K: Par exemple la photographie et le design, mais en fait je suis hautement intéressé par les choses qui sont faites par des humains/faites à la main. 

I: C’est très intéressant. Bien entendu vous écrivez des paroles, vous avez aussi développé des idées pour des goodies du groupe, et même si vous avez été intéressé par le « monde extérieur » [les choses en dehors des affaires liées au groupe] jusqu’à maintenant, je me demande si c’est [un peu] étrange (?).

K: Jusqu’à maintenant j’ai hautement estimé les atmosphères, de telles choses qui étaient différentes des autres, les choses qui ne peuvent être misent en mots que j’exprime en les remplaçant par mes propres moyens. Mais maintenant j’aime regarder des choses plus concrète… Mon point de vue a un peu changé, je suppose.