Massive vol.8 interview Die

Interviewer: Ce n’était en réalité pas seulement qu’une bonne expérience (d’être sur scène avec D’erlanger), mais n’était-ce pas aussi une bonne opportunité de recevoir une confirmation de plus à propos d’un vieux désir? (impulsion initiale c’est ce qu’il désirait était jeune je pense)

Die: Ca l’était. D’une certaine façon je veux vraiment dire à mon moi adolescent:  » Tu es incroyable! Tu as été debout sur la même scène avec eux. » De plus, être capable de jouer une chanson de Buck Tick avec les membres de D’erlanger est quelque chose qui n’arrive pas souvent, pas vrai? Je n’aurais jamais pu imaginer ça à l’époque du collège et du lycée.

Interviewer: Quand vous étiez adolescent, ce mélange n’aurait pas été dans votre tête votre image du groupe idéal? Avec vous dedans biensûr.

Die: Oui oui. Parfois quelque chose comme ça: « Est-ce que ça aurait été bien si ça avait été comme ça? » Quelque chose dans ce genre. (rire)

Interviewer: Cela pourrait être une façon inappropriée de le dire mais vous ne menez pas un peu le style de vie « d’un homme normal »? (Die a mentionné dans les phrases auparavant qu’il sortait boire avec des amis pendant la pause et qu’il se relaxait principalement.)
 
Die: Yep. S’il y a une chose qui me manquait l’année dernière c’est sûr que c’était le temps extremement limité que je pouvais passer avec les gens. C’est pourquoi en quelque sorte… j’étais un peu seul (rire). Je me suis aussi senti isolé assez souvent.
 
Interviewer: Votre personnalité a laissée sa marque sur le groupe, de la même façon que la personnalité du groupe se reflète en vous même.
 
Die: En fait, ça déteint sur moi, vous voyez (rire). C’est quelque chose qui m’impressionne encore et encore. Ce n’est pas une question de musicalité, il s’agit d’une certaine façon de penser, un état d’esprit. 

Interviewer: Jusqu’à ce jour je ne savais pas non plus que vous alliez apparaître sur la scène de D’erlanger.
Die: Parce c’était top secret (rire)
 
Die p.34
 
 
« Oui le timing (pour le Buck Tick fest) était très bon aussi… je suppose que c’est une chance qu’on a qu’une seule fois dans une vie. Il se trouve que j’ai aussi rencontré des conditions différentes. Il y a deux guitaristes dans Buck Tick donc en gros il n’y avait pas de place pour moi pour apparaître en tant que musicien invité (rire). A ce moment les membres de D’erlanger sont venus vers moi et grâce à ça j’ai pu faire ma performance… d’une certaine manière, je leur suis redevable maintenant, non? Je suis désolé, mais comme ils m’ont fait me sentir tellement à l’aise, il n’y a pas moyen que je leur refuse quoi que ce soit à partir de maintenant (rire).
 
Die p.35
 
 
Interviewer! Depuis ce moment (6 mois avant la sortie) vous avez continué comme LE Dir en grey non? (Die a mentionné avant que Kyo n’était pas avec eux au tout début quand ils ont composés les accords de base du refrain de Rinkaku).
 
Die: Oui c’est vrai. C’était comme « oh, je suis de retour à la maison, Ah oui, c’est ce sentiment » (rire). Mais en quelque sorte je détestais ça un peu (rire). 
 
Interviewer: Il a dit qu’il détestait! (rire)
 
Die: Non pas comme ça, je ne sais pas pourquoi, mais je me suis souvenu de ce tremblement de terre (11.03.11). Il a frappé l’année dernière, pendant que nous faisions l’album. Tant de choses se sont passées ensuite, alors que le monde était en grande difficulté nous avons écrit des chansons et nous avons enregistré… Je ne sais pas pourquoi, mais quelque part je me suis souvenu des sentiments à ce moment. C’est différent du sentiment d’insécurité, mais parfois c’était difficile de se concentrer sur la musique. C’est pourquoi je me souviens des situations où je me disais « Est-ce vraiment le temps pour enregistrer à nouveau? ».
 
Die p:40